AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
News du forum

► Venez découvrir la news n°06 en cliquant ici.

► Le FBI débarque sur le forum ! Pour en savoir plus, venez lire l'annexe FBI et dossiers secrets.

À savoir

► Nous sommes actuellement en septembre 1985.

► Les lieux de la ville ont été réorganisés pour faciliter le jeu.



 

Pour les dates de rp, nous suivons la chronologie IRL, excepté le fait que tout se passe en 1985.
Cependant, merci de respecter la chronologie du forum pour les événements importants.

On a besoin de membres de la CIA ou du laboratoire
pour équilibrer nos groupes sur le forum

Partagez | 
 

 The Force awakens

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invitéavatar

Invité




MessageSujet: The Force awakens   Dim 17 Déc - 17:01






formulaire d'intro


Type du sujet : [] Flash-Back [X] Présent
Date du rp : 18 Décembre 1984
Matin, après-midi, soir : 15 heures
Météo (approximative) : Une fine couche de neige est tombée, le vent souffle fort et d’autres flocons sont probablement à prévoir.
Statut du sujet : [] libre [X] privé
Statut du rp : [X] en cours [] terminé
Le maître du jeu peut débarquer à l'improviste : [X] oui [] non
Commentaire :






« Allez, fiston, tu sais ce qu’il te reste à faire. »

Jason sentait le poids du fusil dans ses mains, on pouvait facilement imaginer la puissance et la dangerosité de l’arme rien qu’en la tenant. Il cala la crosse dans le creux de son épaule et enleva la sécurité en pointant le canon à la base du cou de la vache allongée par terre. Sans faire plus de cérémonie, il tira. Le recul se répercuta dans tout son bras et jusqu’au bas de son dos, mais il se tint bien raide sur ses jambes pour ne pas le montrer. Ça faisait partie du travail, cette vache s’était abîmé un nerf et mettant bas quelques jours plus tôt, et ils n’étaient pas assez nombreux à la ferme pour passer du temps à soigner des animaux boiteux. La première fois qu’il avait dû abattre une bête, Jason avait huit ans, et il avait pleuré pendant des heures, maintenant il ne frémissait même plus. Pas le temps de chômer, il reprit le travail, avant de se préparer pour le lycée.

Son père avait toujours été très différent avec lui par rapport à ses filles, il ne s’en cachait même pas. Il voulait un garçon pour travailler à la ferme, et n’avait pas peur de se montrer rude s’il le fallait. Pour Jason, c’était un exemple qu’il suivait sans même s’en rendre compte. Il n’était peut-être pas aussi dur, mais il avait une vision assez claire de ce qu’il voulait être. Pour lui, on ne pouvait pas être des deux côtés du fusil en même temps, soit on était un prédateur, soit on était la proie. Et il était hors de question qu’il soit la proie. Cela se voyait particulièrement au lycée, où, même s’il n’était jamais entouré d’une grande bande d’amis, Jason ne se faisait que très rarement embêter. Il n’était pas du genre à se laisser marcher sur les pieds, et tout le monde avait fini par le savoir, et le laissait donc tranquille.

La journée se passa sans trop d’accros. Comme souvent, les professeurs lui avait donné bien plus de devoirs que ce qu’il pouvait gérer avec sa vitesse de lecture/écriture, mais il ne s’en souciait plus. L’année prochaine, il comptait partir dans une filière agricole, et dire adieu à tous ces cours idiots qui n’avait aucun rapport avec le travail qu’il faisait chaque jour depuis ses six ans. Avec un peu de chance, il allait même avoir de l’avance sur les autres, pour changer. Enfin bref, de relativement bonne humeur, Jason quittait le lycée, son sac sur l’épaule, il tourna à peine la tête en entendant des rires à l’angle d’un couloir. Tiens, le petit Winter était en train de se faire malmener par deux racailles. C’était la vie, les proies d’un côté, les prédateurs de l’autre, tout ça tout ça.

Jason s’arrêta à quelques pas de là. Il connaissait un peu Winter, ils allaient dans la même école depuis le primaire après tout. C’était pas un grand bavard, ce qui était assez reposant en fait, il était doué au piano aussi, plus que lui, mais son vrai truc, c’était la vidéo. Il avait d’ailleurs fait un film très touchant sur sa mère, l’année précédente, et même si Jason ne l’avouera jamais, il avait versé quelques grosses larmes, vite essuyées avant qu’on ne rallume la lumière. Ce gosse avait une caméra dans la main en permanence, et il savait s’en servir. Enfin, sauf maintenant, puisqu’il avait rapidement vu l’une des racailles agiter le pauvre appareil dans les airs. Mais c’était la vie, lui n’avait rien à voir là-dedans, il n’avait qu’à passer son chemin et continuer sa journée tranquillement. C’était pas son pote après tout, et puis même, il n’avait qu’à se défendre. Un rire un peu plus fort le fit se retourner. Il soupira, il allait le regretter, sans doutes, mais tant pis.

« Un problème, Winter ? »

Arrivé à l’angle, Jason toisa les deux singes de haut en bas.

« T’occupes pas de ça Fitzgerald, ce petit con s’amusait à nous filmer. »
« Vous filmer ? Vous ? Genre, pour revoir vos gueules une fois chez lui ? Non, doit y avoir une erreur là, les mecs… »

Cette remarque, pourtant pleine de bon sens, sembla énerver encore davantage les deux personnages non joueur. Celui qui n’avait pas la caméra bomba le torse, Jason prit un air un peu plus menaçant, un professeur passa dans le couloir et tout le monde se calma aussitôt. Une fois le prof passé, la racaille à la caméra, qui semblait avoir eut le temps de réfléchir, eut un sourire narquois et montra l’appareil.

« C’est ça que vous voulez, tous les deux ? Bah allez la chercher… »
« Non ! »

Tout sembla alors se passer au ralenti, le babouin jeta l’appareil en l’air, Jason le bouscula en essayant de la rattraper. Il trébucha sur ses kikers usées et entreprit un vol plané loin d’être majestueux, le bras tendu vers la caméra qui tournoyait à une trentaine de centimètre du bout de ses doigts. C’était frustrant, il était près du but mais si loin à la fois, il ne fallait pas qu’elle s’écrase. Sur le moment, ça lui parut super important. Winter n’était pas une proie qu’on pouvait chahuter à l’envie, ou un animal boiteux qu’on avait le droit d’abattre. Elle aurait pu vivre encore, cette vache. Au fond de lui, quelque chose s’insurgeait contre la cruauté du monde, quelque chose qu’il faisait taire depuis des années mais qui était quand même là.

**BLAM**

Le bras toujours tendu, Jason se rattrapa tout juste avant de heurter méchamment le sol. C’est à peine d’ailleurs, s’il sentit le choc. Une sorte d’explosion avait eu lieu dans son pauvre crâne, une douleur comme jamais il n’en avait ressentie, et pourtant ce n’était pas faute d’avoir eu des migraines dans sa vie. Même sa vue s’était troublée, et il lui fallut quelques secondes pour reprendre ses esprits et se concentrer sur ce qui lui importait pour l’instant. La caméra, elle était intacte, mais surtout elle flottait à environ dix centimètres du sol, toujours à une petite distance de ses doigts tendus. Jason resta une bonne seconde interdit devant ce qu’il se passait sous ses yeux, puis il se releva en vitesse malgré le tournis et attrapa l’appareil. Quoi qu’il se soit passé, il ne fallait pas que quelqu’un le voit. Il regarda de tout côté, les racailles étaient déjà parties en riant, Winter aussi avait disparut, ils étaient sans doute persuadées que la caméra était morte, sinon il n’y avait personne, personne à part… La directrice ?

« Ma… madame Mannings ?! Heu… »

Jason ne l’avait absolument pas remarquée jusque-là, et il se demanda immédiatement ce qu’elle avait pu voir. La caméra dans une main, il se passa l’autre sous le nez, et de se rendit compte qu’il saignait abondamment. Maugréant un « Merde », il se l’épongea avec un mouchoir, tout en jetant des coups d’œil à la dame respectable qui le regardait. Un silence bizarre s’était installé, ce qui lui laissa penser qu’ils avaient probablement vu la même chose. Ou alors, il devenait parano. Pour être honnête, s’il n’avait pas tous ses « symptômes » et si la directrice n’avait pas l’air aussi surprise que lui, il aurait juré que c’était elle la responsable. Qu’elle avait fait quelque chose de bizarre pour sauver la caméra. Mais au vu de la situation, c’était Jason le plus suspect de cette affaire, il ne savait pas ce qu’il avait fait, mais il l’avait fait.

« Ça… ça va, Madame ? »

Avec son nez en sang, son cerveau en déroute et ses mains qui tremblent, l’adolescent n’était peut-être pas le mieux placé pour poser ce genre de questions, mais il fallait qu’il dise quelque chose. Le silence, c’était bien, mais pas quand on paniquait intérieurement, il fallait que Mme Mannings lui réponde, et si elle pouvait faire comme si de rien n’était, ça n’en serait que mieux.
Revenir en haut Aller en bas

Invitéavatar

Invité




MessageSujet: Re: The Force awakens   Mar 16 Jan - 14:51


Amy ne qualifierait plus Hawkins d’une petite ville tranquille. Depuis les évènements des derniers mois, elle en était même venue à apprécier l’accalmie et le calme qui y régnait. Tous les disparus n’avaient pas été retrouvés, mais la principale acceptait les petites victoires où elles se trouvaient. La vie, ainsi, avait repris son cours, avec quelques petits ajustements. Le jeune Byers devait souvent suivre une batterie de tests, il y avait une certaine prudence face à des éléments qui auraient été caractérisés d’anodins. La vie, en apparence, n’avait pas tant changé. Les enfants seraient bientôt en vacances, Noël serait fêté la semaine prochaine. Ces détails restaient les mêmes. Ca n’avait pas choqué Mannings, elle le savait, que les évènements les plus graves se fondaient parfaitement dans la naturalité. Ca avait été le cas pour la perte de sa fille, c’était le cas maintenant pour la vie à Hawkins. Tout continuait comme si de rien n’était…

Ou presque.

La journée de classe était terminée et il y avait l’effervescence caractéristique de fin de journée dans les couloirs du lycée. Amy, comme à son habitude, se tenait dans celui-ci en observant la dynamique des élèves, consciente que sa présence aidait à calmer certains esprits un peu plus rebelles. Depuis les derniers incidents, elle était encore plus attentive à ce qui se passait avec les enfants. C’était une veille constante, une alarme qui ne disparaitrait pas avant de longs mois, elle en restait persuadée. Et son faux air paisible prenait le dessus, pour inspirer ce calme à ses collègues.

Un groupe d’enfants se chahutaient non loin et elle eut ce petit sentiment, qu’ils avaient commis un mauvais coup. Alors, elle se rendit dans le couloir d’où ils sortaient en riant. Amy ne les apostropha guère, consciente qu’elle n’obtiendrait que des mensonges et des faux airs d’innocence, décida à la place de continuer, pour voir l’entendu des dégâts. Rien n’était cassé, non, il y avait une caméra qui flottait au-dessus du sol, tandis que Fitzgerald était allongé au sol. Elle fronça les sourcils et elle resta interdite un long moment. Le fils de fermier se releva et il la remarqua seulement. « Ma… madame Mannings ?! Heu… » Elle détailla son nez qui saignait, alors qu’il avait le réflexe de l’éponger de lui-même. Elle resta interdite de longues secondes, comme figée.

Elle s’était jurée qu’elle ne passerait pas à côté de ce genre d’évènements. « Ça… ça va, Madame ? » Elle prit une brève inspiration, alors qu’elle s’approchait, son sérieux toujours égal sur son visage. « C’est à toi que je devrais poser la question. » Et pour éviter l’éléphant qui était dans la pièce, elle continua. « Viens avec moi, on va soigner ton nez. » Car celui-ci saignait encore un peu. Il n'y avait aucune trace de crainte ou de colère dans sa voix, que l'autorité naturelle dont elle se parait lors de son travail. Ainsi, elle se saisit prudemment de la caméra, s’assurant que ce n’était pas cette dernière qui était responsable de ce qu’elle venait de voir. Mais l’appareil semblait tout ce qu’il y avait de plus banal. Le jeune Jason aussi.

Amy prit donc la direction de son bureau, sachant qu’elle y serait en paix. Marchant au niveau de l’adolescent, elle le détailla du coin de l’œil, avant de poser finalement la véritable question. « Est-ce que c’est la première fois que tu fais ce genre de chose ? » Curieux mot pour décrire ce qu’elle venait de voir, mais elle n’allait pas parler de super pouvoir pour le moment, hors de question.
Revenir en haut Aller en bas

Invitéavatar

Invité




MessageSujet: Re: The Force awakens   Mar 16 Jan - 18:33


« C’est à toi que je devrais poser la question. »

La directrice n’avait pas tort là-dessus, Jason devait bien le reconnaître. Et pour tout avouer, il n’allait pas si bien que ça. Sa tête lui faisait encore un mal de chien, il avait le tournis, et même une légère nausée, et surtout son nez ne voulait pas s’arrêter de saigner. Mais ce n’était pas son problème principal, et le mot « principal » est bien placé d’ailleurs. Il était presque sûr que madame Mannings avait vu la même chose que lui, mais il espérait qu’avec un peu de chance, il se trompait. Peut-être qu’elle l’avait juste aperçu quand il tombait et avait raté le léger détail de la caméra volante, et pour son nez, il pouvait juste se l’être cogné au sol. Avec deux-trois petits mensonges, il pouvait encore s’en sortir, non ? En silence, il la laissa prendre la caméra et suivit la directrice dans les couloirs, sans même savoir où elle l’emmenait vu que l’infirmerie était probablement fermée à cette heure. La question de la dame ôta cependant tout espoir de pouvoir s’en tirer sans explications, par réflexe, Jason répondit pourtant à toute vitesse.

« J’ai rien fait ! »

Il réalisa cependant très vite que tenter de nier à ce stade était assez ridicule, et se passa nerveusement une main dans les cheveux en repensant à la scène. Quoi qu’il se soit passé, il allait devoir assumer maintenant.

« Désolé, l’habitude… C’est la première fois oui, je sais pas vraiment ce qu’il s’est passé M’dame. »

Ce n’était par contre pas la première fois que Jason avait mal à la tête ou saignait du nez, et il se demanda donc s’il avait déjà utilisé ce truc-là, quoi que ça puisse être, sans s’en rendre compte. En tout cas, ce coup-ci, son nez ne semblait pas décidé à s’arrêter de couler, et il sentait encore son cœur battre dans ses tempes quand il reconnut le chemin qu’ils étaient en train de prendre. Mannings l’emmenait dans son bureau, un endroit qu’il ne connaissait que trop bien pour y être passé plus d’une fois. Il ralentit subitement, avec l’air affolé d’un gamin prit en faute.

« Vous allez prévenir mes parents ? »

Cette idée l’horrifiait très visiblement, il ne voyait pas comment il pourrait rentrer chez lui si ses parents apprenaient qu’il faisait voler des objets dans les couloirs de l’école. Il ne savait pas trop ce qu’en dirait son père, mais sa mère le prendrait pour un monstre, il était prêt à le parier, elle qui tenait tellement à faire bonne figure en permanence ne supporterait pas d’avoir un mutant sous son toit. Déjà qu’elle faisait tout pour qu’il continue ses études, alors même que tout le monde s’accordait sur le fait qu’il n’était vraiment pas fait pour ça. Et puis même, moins il y aura de gens au courant de ce qu’il venait de se passer, mieux ce serait pour tout le monde. Enfin, surtout pour lui.

« Ne leur dites pas, s’il vous plaît. C’était un accident. »

Jason se sentait plus mal que les fois où on l’avait traîné chez la directrice parce qu’il avait vraiment commit une faute. C’est presque à reculons qu’il entra dans la pièce, le nez toujours un peu sanguinolent. Il ne savait pas quoi dire pour empêcher la directrice de le dénoncer, et c’est un peu nerveux qu’il se laissa tomber sur l’une des chaises en face du bureau. Il suivit ensuite la jeune femme des yeux, s’attendant à la voir s’emparer du téléphone à tout moment.
Revenir en haut Aller en bas

Invitéavatar

Invité




MessageSujet: Re: The Force awakens   Mar 16 Jan - 20:35


La situation aurait été différente, Amy se serait autorisée à sourire à l’inquiétude évidente du jeune Fitzgerald. Et il y avait bien un peu d’amusement qui brilla dans le regard de la principale, malheureusement celui-ci était surtout concentré devant elle. Oui, si ça n’avait pas été aussi curieux, si ce dont elle avait été témoin ne prenait pas un semblant de déjà-vu du mois d’octobre, elle aurait même laissé Jason s’inquiéter plus que nécessaire. Mais il y avait de la pédagogie qui était nécessaire dans un moment pareil et elle chercha à le calmer rapidement. « J’ai rien fait ! » Toujours avec cette même aisance d’une principale dans son école, elle répondit. « Je le sais bien. » Et il y avait des sujets plus pressants que celui-ci, car il répondit tout de même à sa première question. « Désolé, l’habitude… » Il était vrai que l’adolescent était un habité de son bureau, elle ne lui en tint pas rigueur. « C’est la première fois oui, je sais pas vraiment ce qu’il s’est passé M’dame. » Elle l’étudia un bref instant, ne voyant que cette sincérité perdue chez l’élève. Elle connaissait assez Jason, supposait même qu’il y avait une légère confiance qui s’était installée entre les deux, une fois qu’elle avait bien établi qu’elle ne le réprimanderait pas plus que ses professeurs, proposant à Jason des études alternatives qui lui correspondraient mieux.

Ils pénétrèrent dans l’espace administratif et Amy s’arrêta un moment du côté du secrétariat. « Vous allez prévenir mes parents ? » Elle ne répondit rien dans l’immédiat et récupéra une trousse de soin qui était toujours bien utile. Fitzgerald rentra de manière un peu récalcitrante dans son bureau et elle lui adressa finalement un fin sourire, plus cordial qu’autre chose. « Ne leur dites pas, s’il vous plaît. C’était un accident. » Elle posa la mallette sur son bureau qu’elle ouvrit. Mais ses yeux verts étaient toujours posés sur la figure de l’adolescent. « Ne t’inquiètes pas, si tu ne veux pas que je les préviennes, je ne leur dirais rien. » C’était presque doux, aussi doux que ça pouvait l’être venant de celle qui dirigeait cette école. Elle s’empara d’une petite compresse qu’elle humidifia d’une simple solution saline. Ensuite, elle s’approcha de Jason, lui disant « lève la tête » et s’improvisant infirmière, elle nettoya un peu mieux le dessus de la lèvre du jeune fermier.

Elle l’observa un instant, le regard terriblement sérieux, qui contrastait avec la douceur de son geste (la douceur d’une mère qui était habituée à ce genre de bobos… ah, si ce n’était qu’un bobo). « Et si tu me racontes ce qu’il s’est passé, depuis le début ? Ce n’est pas ta caméra, n’est-ce pas ? » C’était une idée comme un autre, la remise en situation, pour lui permettre de comprendre ce qu’il se passait avec le jeune Jason.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

Invitéavatar

Invité




MessageSujet: Re: The Force awakens   Mer 17 Jan - 16:37


« Ne t’inquiètes pas, si tu ne veux pas que je les prévienne, je ne leur dirais rien. »

Pour tout dire, Jason aimait bien Amy Mannings, bon, elle représentait l’autorité, chose avec laquelle il ne s’entendait pas toujours très bien. Mais elle le faisait de façon bienveillante, au final. Il ne l’avait jamais trouvé trop sévère ou injuste, et il était même plutôt facile de lui parler. Il ne le montrait pas forcément, parce qu’il avait du mal à être à l’aise avec les gens plus âgés, mais elle lui inspirait confiance. L’adolescent s’autorisa donc un soupir de soulagement quand elle lui dit qu’elle ne parlerait pas de tout ça. C’était une très bonne chose, il était persuadé que ça lui causerait plus de problèmes qu’autre chose.

Elle avait récupéré une trousse de secours au secrétariat, et après avoir préparé une compresse, lui demanda de lever la tête. Ce qu’il fit sans broncher, profitant qu’elle soit ainsi penchée sur lui pour la regarder. Son air était assez grave, plus que ce qu’il avait déjà pu voir chez elle, et il se demandait un peu ce qui pouvait trotter dans sa tête. Dans la sienne, c’était simple, panique et incompréhension à tous les étages, il n’était même pas sûr de réaliser pleinement ce qu’il avait fais. C’était surréaliste, mais pour tout avouer, ce n’était pas la première chose étrange qui se passait sous ses yeux dernièrement. Il y avait eu le monstre dans l’étable, la disparition de Will et Barbara – où était-elle d’ailleurs ? – les cadavres d’animaux dans la forêt, l’arrivée d’Autumn. Bref, les anomalies s’accumulaient, mais cette fois, il était vraiment au centre du problème. Il était l’anomalie, et ce n’était pas une position confortable. Il se demandait d’ailleurs si la directrice le voyait aussi comme ça, une sorte de monstre anormal échappé d’on ne sait où.

« Elle est à Winter, il se faisait chahuter par deux abrut… par deux élèves, et je m’en suis mêlé. L’un d’eux a jeté la caméra pour se venger et j’ai essayé de la rattraper, sauf que j’ai pas pu. Enfin, si, au final, mais pas comme je l’imaginais. »

C’était plutôt bien résumé, et il n’avait même pas balancé les noms des deux crétins. Il était plutôt content de lui. La suite, elle la connaissait, tout le monde avait fui de son côté, et il s’était retrouvé seul avec sa caméra volante et son nez en sang. C’était pas vraiment héroïque pour le coup, mais bon, c’est la vie.

« Je comprends pas ce qu’il s’est passé, j’ai juste eu hyper mal à la tête d’un coup. C’était pas ma première migraine, d’ailleurs, mais j’avais jamais vu un truc pareil avant ça. »

Il devait y avoir une explication rationnelle à ce qu’il venait de se produire, mais Jason ne voyait vraiment pas laquelle. Pour l’instant il se sentait juste extrêmement seul et extrêmement vulnérable, il était presque sûr que si ça venait à se savoir dans le lycée, on lui jetterait des cailloux. Les jeunes de son âge étaient stupides, on n’y pouvait rien.

« Je veux vraiment pas que ça se sache, sinon les gens vont me regarder comme ils regardent Will Byers. »

Il ne ressentit pas le besoin d’en dire plus, tout le monde connaissait Zombie Boy, non ?
Revenir en haut Aller en bas

Invitéavatar

Invité




MessageSujet: Re: The Force awakens   Mer 17 Jan - 17:12


Ses doigts naturellement froids étaient posés sur le menton du jeune Fitzgerald, alors que son autre main enlevait les traces visibles de ce qu’il s’était passé quelques minutes auparavant. Le nez ainsi propre, il aurait été facile de prétendre que rien ne s’était passé, de se forcer à oublier. Ce n’était pas dans les projets d’Amy, elle avait à cœur d’aider les enfants, encore plus depuis la vague de disparition qu’il y avait eu. Et elle doutait que Jason oublie si facilement ce qu’il s’était déroulé. La principale se recula alors de l’adolescent et elle alla jeter le bout d’ouate recouvert de sang. Ensuite, elle alla s’appuyer sur le devant de son bureau, les mains de chaque cotée de son corps. Il n’y avait rien qui trésaillait, qui pouvait trahir d’une quelconque panique intérieure. Non, elle s’efforçait à renvoyer une image calme d’elle-même, la surprise dont ils avaient tous les deux été sujets disparaissait un peu. Ne restait que ce sentiment de malaise qui tournoyait dans le fond de sa gorge, lui laissant une sensation désagréable. Mais elle ne le montrait pas non plus. Amy était contrôle, car c’était ce don elle avait besoin dans l’immédiat.

Jason n’avait aucun mal à se confier et déjà, ça la rassura un minimum, qu’elle n’eut pas besoin de réitérer sa demande, au risque de dire le mot de travers et de le voir se refermer sur lui-même. Non, il était plutôt généreux dans son récit, ce qui permit à Amy de se faire une idée de la situation. « Elle est à Winter, il se faisait chahuter par deux abrut… par deux élèves, et je m’en suis mêlé. » Elle plissa un peu les yeux la principale, se retenant de demander de qui il était question exactement. Ce n’était pas le sujet de la conversation, et elle avait bien une idée sur la question, de toute façon. « J’ai essayé de la rattraper, sauf que j’ai pas pu. Enfin, si, au final, mais pas comme je l’imaginais. » Son sérieux sur le visage, elle détailla un peu plus le jeune fermier. Son regard, par la suite, glissa sur la caméra qui reposait sur son bureau. « Je vois. » Ah ça, oui, elle l’avait bien vu en effet et elle avait toujours du mal à croire ce qu’il s’était déroulé. Mais ils étaient dans son bureau, conséquence indéniable de ce qu’il s’était déroulé. « J’ai juste eu hyper mal à la tête d’un coup. C’était pas ma première migraine, d’ailleurs, mais j’avais jamais vu un truc pareil avant ça. » Elle fronça un peu les sourcils à ce moment-là, avant qu’une autre question, prudente, ne franchisse ses lèvres. « Est-ce que tu as encore mal à la tête maintenant ? » S’il avait souvent mal à la tête pour son âge, ce n’était pas normal. Enfin, ce qu’il s’était déroulé n’avait rien de normal…

« Je veux vraiment pas que ça se sache, sinon les gens vont me regarder comme ils regardent Will Byers. » Elle se força à avoir un mince sourire rire devant l’inquiétude de Jason, tout en ne prêtant pas à attention à ce qui était dit au sujet du petit Byers. Elle aurait voulu que les rumeurs de ce genre ne courent pas, mais elle ne pouvait pas empêcher les enfants de parler. Elle savait comment cela se déroulait entre eux. Et elle comprenait d’autant plus la vulnérabilité évidente de Jason à ce sujet. « Je ne dirai rien, sois rassuré. » Ca sonnait un peu comme une promesse, et Mannings était connue pour être une femme de parole. « Mais sache que si tu as besoin d’en parler, je suis là, d’accord. » Elle porta une main sur son torse, appuyant gentiment ses propos. « Et si ça t’arrive encore, j’aimerais que tu viennes me le dire. » Elle prit une légère inspiration, choisissant ses mots avec soin. « Ce n’est pas quelque chose d’anodin, ce qui t’arrive, on ne va donc pas le traiter à la légère, d’accord ? »
Revenir en haut Aller en bas

Invitéavatar

Invité




MessageSujet: Re: The Force awakens   Ven 19 Jan - 15:37


« Est-ce que tu as encore mal à la tête maintenant ? »
« Ça va, c’est en train de passer. »

Jason se passa une main dans les cheveux, il essayait de se rappeler depuis combien de temps il avait ce genre de migraines, mais il n’aurait su le dire. Des années, ça c’était certain, pareil pour les saignements de nez d’ailleurs, assez longtemps pour oublier le côté anormal de ce genre de manifestations. En fait il avait mis ça sur le dos de ses lunettes, qu’il devait normalement porter, mais qu’il ne mettait finalement que pour lire, et encore. Il n’aimait pas du tout la tête d’intello que ça lui donnait, ça ne lui ressemblait tellement pas, et puis il ne trouvait pas ça confortable non plus. Toujours est-il que maintenant il savait que tout ça n’avait rien à voir avec ses yeux, c’était bien plus grave et inquiétant que ça. La directrice ne réagit pas en entendant le nom du petit Byers, mais Jason était presque sûr qu’elle savait qu’on lui menait la vie dure depuis sa « résurrection » ou quoi qu’il se soit passé. Elle lui répéta cependant qu’elle ne dirait rien, ce qui le rassura beaucoup. Puis elle lui dit qu’elle serait là s’il avait besoin de parler, qu’il pouvait même venir le lui dire si ça recommençait. Il ne savait pas vraiment quoi penser de tout ça. Ce qu’il avait fait occupait toutes ses pensées, il aurait voulu en parler, mais pour dire quoi ? Il n’avait aucune idée de ce qu’il s’était passé au final.

« Ce n’est pas quelque chose d’anodin, ce qui t’arrive, on ne va donc pas le traiter à la légère, d’accord ? »
« De… D’accord… » Jason regarda la principale un instant, il aurait voulu savoir ce qu’il lui arrivait exactement, mais il doutait qu’elle puisse vraiment lui répondre. « Il se passe vraiment des trucs bizarres depuis quelques mois. »

Pensivement, il ressassa un peu tout ce qu’il avait pu voir ou entendre ces derniers temps. Le monstre, les disparitions, les réapparitions, Autumn, les animaux morts en forêt, ses propres pouvoirs, est-ce que tout ça allait ensemble ? Il n’arrivait pas à s’imaginer que tout ça ne pouvait être qu’une malheureuse suite d’incidents isolés, mais si tout était lié, alors quelque chose d’énorme était en train de se préparer sous leur nez, sans que personne n’en sache rien. C’était assez terrifiant.

« Vous n’avez rien vu d’anormal, vous ? »

La question avait franchi ses lèvres sans vraiment qu’il y pense. Jason aurait voulu que quelqu’un d’autre que lui remarque aussi des choses étranges. Qu’il puisse en discuter. Mais il doutait de tomber sur qui que ce soit capable d’entendre ce qu’il avait à dire sans le prendre totalement pour un fou. Lui-même commençait à se poser quelques questions sur sa santé mentale, à force. Disons qu’en fait, se convaincre que tout ça était dans sa tête était finalement plus facile à accepter que le fait qu’un tas d’étrangetés se produisaient en ville.

Revenir en haut Aller en bas

Invitéavatar

Invité




MessageSujet: Re: The Force awakens   Dim 21 Jan - 16:33


Ce qui était arrivé à Jason, en plus de ne rentrer dans aucune catégorie du normal, possédait quelques caractéristiques, qu’Amy mémorisait précautionneusement, pour essayer de les comprendre. Elle prévoyait déjà de demander aux professeurs et à l’infirmière de lui rapporter tous cas de migraine, si d’autres étudiants se plaignaient. Ce n’était pas un fait rare pour les adultes, mais la principale savait qu’il y avait moins de chances que cela arrive pour les adolescents… Il y aurait sûrement beaucoup de noms qui se rajouterait sur la liste, mais elle avait ce petit sentiment que ça n’était en rien un évènement isolé. Il n’y avait qu’à voir ce qu’il s’était déroulé auparavant… « Il se passe vraiment des trucs bizarres depuis quelques mois. » Le regard vert de la principal se focalisa à nouveau sur le jeune Fitzgerald, et son front se plissa, consciente que ça n’échappait à personne. Néanmoins, elle voulait savoir l’opinion du garçon en face d’elle. Les derniers qui avaient remués ciel et terre pour retrouver Will Byers avaient eu bien raison, puisqu’il était revenu des morts, ou qu’importe ce qu’il s’était passé dans la maisonnée Byers. « Qu’est-ce que tu as vu de bizarre ? » Demanda-t-elle, sans que son ton ne soit (trop) accusateur.

Il était important pour elle de connaitre l’opinion des jeunes, car elle les savait plus sensibles et définitivement plus observateur qu’une large quantité d’adulte. Et si Jason plaçait lui-même ce qu’il lui arrivait dans la même catégorie d’autres évènements, ce n’était pas pour rien. « Vous n’avez rien vu d’anormal, vous ? » Amy échappa un petit soupir et ses épaules s’affaissèrent très légèrement. Ses doigts se serrèrent sur le bord de son bureau, preuve qu’en effet, elle avait bien vu des choses qui n’avaient pas sa place dans un monde sensé. Mais elle remettait de plus en plus ce terme en question. « Si, j’ai vu des choses étranges. » Avoua-t-elle. Elle ne voulait pas faire peur à Jason, mais elle voulait qu’il se sente compris, qu’il sache qu’il n’était pas seul. « Et d’autres élèves ont aussi parlé. » Elle s’arrêta, prenant un instant pour choisir au mieux ses prochains mots. Elle n’allait pas parler de cette Créature dont Billie lui avait fait mention, ni de l’électricité qui devenait incontrôlable, de la prudence évidente de son mari quand il était question du laboratoire, et de tout une série d’autres détails qui criaient au problème. « Je ne peux pas te dire leurs noms, car comme toi ils ont peur que les autres le sachent. Il n’y avait rien similaire à ce que tu as fait. » Elle eut un mince sourire désolé, car elle aurait voulu être d’une plus grande aide pour cela. « Mais tu es loin d’être seul. » Et elle ne pouvait pas si bien dire, Mannings. Seulement, elle ne pouvait se douter à quel point elle avait raison...
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: The Force awakens   


Revenir en haut Aller en bas
 

The Force awakens

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
STRANGER THINGS :: HORS-JEU :: ARCHIVES DU FORUM :: SUJETS RPS-