AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 

Partagez | 
 

 You can't stop the truth

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage

Invitéavatar

Invité




MessageSujet: You can't stop the truth   Dim 31 Déc - 16:21






formulaire d'intro


Type du sujet : [] Flash-Back [X] Présent
Date du rp : 31 décembre 1984
Matin, après-midi, soir : Après-midi
Météo (approximative) : Il y a de la neige un peu partout et il fait très froid
Statut du sujet : [] libre [X] privé
Statut du rp : [X] en cours [] terminé
Le maître du jeu peut débarquer à l'improviste : [X] oui [] non
Commentaire :






« Et à l’année prochaine ! »
« Ouais, bien sûr… »

Jason donna un peu d’argent au coiffeur et sortit. Il ne comptait plus le nombre de gens qui lui avait fait cette blague, et il n’en pouvait plus. Il faut dire que le jeune homme n’aimait pas tellement le nouvel an, ses parents allaient ramener leurs amis à la maison, et leurs enfants avec qui il ne s’entendait pas forcément, et l’horripilante tante Agatha, avec ses trois chats et ses remarques désagréables. Et tout le monde allait devoir faire semblant de s’amuser jusqu’à au moins une heure du matin, heure à laquelle il allait pouvoir prétendre être fatigué et monter dans sa chambre. Ce n’était pas une bonne fête comme il les imaginait, il aurait aimé passer ce moment-là avec des amis, à boire et délirer autour d’un canapé sur un fond de musique sympa. Quelque chose de simple, mais d’agréable. Mais personne ne l’avait invité, et pour tout avouer, ça le rendait un peu triste.

Il faut dire aussi que l’année ne se terminait pas sous les meilleurs auspices, déjà il faisait un froid polaire, et il détestait ça. Et puis il y avait toutes ces choses étranges qu’il se passait ces derniers temps, les disparitions, les réapparitions, les monstres dans les bois, les fillettes en fugue, et ses pouvoirs. Lui, il avait un pouvoir, mais il avait eu beau relire tous ses comics, fouiller la bibliothèque, échanger quelques vagues idées avec Jason Leicester, il en était au point mort niveau investigations. Et puis il n’avait pas réussi à refaire son petit tour de magie ne serait-ce qu’une toute petite fois. Peut-être que tout ça n’avait rien à voir avec lui, au fond, peut-être que ce qu’il s’était passé n’était qu’un genre de coïncidence étrange. Jason aurait aimé le croire, mais au fond il savait qu’il se passait un truc, autour de lui, et en lui. Tout ce qu’il aurait voulu, c’était des réponses. Il se rendait à Bradley’s Big Buy pour faire trois courses quand un cri lui parvint.

« Rattrapez-le ! Au voleur ! »

Tout se passa alors très vite, un gamin courrait dans sa direction, les bras chargés d’il-ne-savait-quoi, et le vendeur aux fesses. Sans vraiment y réfléchir, Jason l’avait attrapé par le bras, sans violence, mais avec une poigne certaine. Une partie de ses larcins étaient tombés par terre, le bruit avait attiré son regard vers le bas, c’est là qu’il l’avait vu. Tatoué sur le bras du garçon, un 002 très net se dessinait sur la peau pâle.

« Qu’est-ce… »

Jason regarda le garçon, puis le vendeur qui essayait de suivre, complètement essoufflé. Pas le temps pour la réflexion, il fallait agir, et vite.

« Viens par là, toi. »

Aussitôt, l’adolescent entraîna le garçon dans une rue transversale, sans vraiment se préoccuper de sa réaction. Ce qui était sûr, c’était qu’il n’allait pas le lâcher, il voulait des réponses, et il venait juste de les attraper au vol. Filant dans les rues, traversant les routes n’importe comment, Jason amena son prisonnier quelques pâtés de maisons plus loin, dans un coin qu’il savait être tranquille. C’est dans un recoin entre deux immeubles qu’il s’arrêta enfin et se tourna vers le garçon, levant le bras qu’il tenait toujours, il montra le 002 à son propriétaire.

« Tu peux me dire d’où ça vient, ce truc ? »

C’est seulement à ce moment-là qu’il réalisa qu’il était peut-être un peu brusque dans son attitude. Il n’avait pas vraiment pensé à ça, trop obnubilé par cette découverte qu’il venait de faire. Il se doutait bien qu’intimider le garçon n’allait sans doute pas le rendre très coopérant, et se donna donc une seconde pour se calmer un peu, avant de reprendre un ton plus doux.

« Désolé de t’avoir embarqué comme ça, je vais rien te faire, ok ? Je te lâche, mais te barre pas, faut que je te montre quelque chose. »

Il observa le gamin un instant, avant de le lâcher. Rapidement, il tira alors sur sa manche et dévoila un tatouage très similaire à celui du garçon, mais qui indiquait 009. Un peu fébrile, Jason reprit en tentant à nouveau de garder un ton calme.

« Ce tatouage, ça vient d’où ? »
Revenir en haut Aller en bas

Invitéavatar

Invité




MessageSujet: Re: You can't stop the truth   Dim 31 Déc - 22:15


Peut-être n'étais-tu pas le garçon si méchant que tu semblais vouloir le faire croire, ou du moins que tes habitudes suggéraient. Il est vrai que tu te montrais généralement rude, parfois mauvais. Tu utilisais même ton entourage à tes propres fins, et agissais souvent par égoïsme ! Pourtant, la date d'aujourd'hui avait particulièrement agi sur tes intentions... À vrai dire, tu ne connaissais pas le "nouvel an". Ce jour ne représentait strictement rien pour toi. C'était évident, la perception du temps et des années au laboratoire était bien différente d'ici ! Personne ne comptait les jours, les heures passés dans ces chambres blanches... Si certains espéraient pouvoir s'échapper, la plupart avaient depuis longtemps perdu espoir. Toi Two, faisait probablement partie de cette dernière catégorie de prisonnier... Les fêtes organisaient par les gens "libres" ne t'atteignaient ainsi jamais.

Pourtant aujourd'hui, tu avais étonnamment décidé de faire autrement ! Ce fut durant cette entière dernière semaine que tes oreilles se baladèrent dans les rues d'Hawkins. Ton attention se portait la plupart du temps sur les jeunes lycéens quittant leur établissement scolaire. Leurs conversations t'enseignaient la plupart du temps de précieuses leçons afin de te comporter comme un enfant normal, et ainsi passer inaperçu en ville... Ces derniers temps, un sujet semblait assez récurrent dans les bouches des adolescents : le nouvel an !

Certains parlaient de fêtes, d'autres de réunion de famille ! Des banquets somptueux et des célébrations de la nouvelle année à haute voix ! Tout le monde semblait avoir sa façon d'organiser cet événement qui t'était si peu familier. Certains mangeaient un raisin par coup de minuit ! D'autres écoutaient le discours du président en se saoulant ! Quelques-uns se récitaient leur engagement pour l'année à venir et d'autres encore allaient à l'église... Dans tous les cas, ce jour ne semblait que très rarement abandonné. C'était un moment de fête, de joie et de résolution ! Tout le monde semblait y trouver son compte et toi-même te surpris-tu à souhaiter le célébrer... Tu n'avais jamais eu l'occasion d'organiser ce genre de fête et tu savais pertinemment que la chose ne serait pas possible avant longtemps... Condamné à ne pas pouvoir t'amuser ! Quelle triste destinée...

Évidemment, ce n'était pas ainsi que tu le prenais, aussi trouverais-tu toi-même une façon ou une autre de fêter ce jour ! Tu connaissais désormais quelques rats de laboratoire tel que toi, se promenant encore dans la forêt d'Hawkins. Pour les autres, tu savais plus ou moins vers où ils avaient établi leur cachette (ou chez qui...). Autumn par exemple, logeait dans la maison d'un jeune homme, pas très loin de chez Mathieu... Quoi qu'il en soit, c'est avec la plus grande conviction que tu te dirigeas cette après-midi vers le supermarché d'Hawkins. Plus encore que t'amuser, si jouer pouvait te permettre de remercier les personnes qui t'avaient jusqu'ici aidé, tout le monde était gagnant ! Du moins, tout le monde excepté ceux que tu comptais voler afin de procéder à tes remerciements... Car oui, il était toujours question de toi ! Si penser gentiment et de façon sincère aux autres ne te ressemblait pas, tu n'avais pas tout perdu de tes mauvaises habitudes... Oui, tu comptais offrir quelques cadeaux à ces personnes que tu détestais moins que la moyenne, mais pour cela, tu passerais fatalement par tes si réguliers méfaits...

C'est ainsi qu'une fois de plus, tu passas sans danger les portes du supermarché ! Ce fut certainement grâce aux charmants vêtements que tu avais volés dans ce même bâtiment que tu n'attiras aucune mauvaise attention. Aucun mauvais regard à ton encontre, tu n'étais qu'un gentil garçon de plus venu acheter les préparatifs du nouvel an ! Ton attention fut d'ailleurs immédiatement tournée vers les chocolats et autres friandises présentés à l'entrée du magasin... Il était évident qu'aucune de ces choses ne t'est jamais tombé sous la dent, cependant, tu savais pertinemment à quel point elles étaient aimées de tous ! C'était là le parfait présent, en plus d'être plutôt aisé à voler ! En théorie, toi grand expert de ce genre de méfait pouvait parfaitement passer à travers la sécurité des marchands... Pourtant, ton orgueil t'avait aujourd'hui trompé ! Ayant oublié toute discrétion au profit de la rapidité liée à l'excitation, tu t'étais immédiatement fait repérer par l'un des vendeurs.

Tes pouvoirs étaient dans ce genre de situation à utiliser en dernier recours ! Ils étaient rendus bien trop repérables lors d'une course-poursuite telle que celle-ci. Aussi te contentas-tu seulement de courir afin d'échapper à ton assaillant ! Il criait et appelait à l'aide, te donnant d'autant plus envie de lui foutre la frayeur de sa vie... Ce fut d'ailleurs lorsque l'idée d'utiliser enfin ton don effleura ton esprit qu'un garçon t'attrapa par le bras. Il t'avait nettement arrêté dans ta course, manquant de faire tomber tout ton stock de chocolat... Quelle plaie ! Sans même observer le visage de ce fauteur de troubles, tu t'apprêtas à lui faire mordre la poussière... Le garçon prit cependant les devants plus rapidement que toi. En un instant, il t'entraina dans une ruelle à quelques pas de là. Il souhaitait vraisemblablement tout autant que toi échapper au regard du vendeur qui te poursuivait... Pour la même raison ? Tu en doutais fortement.

« Tu peux me dire d’où ça vient, ce truc ? »

Il parlait de ton tatouage... Ce "002" gravé à l'encre noire dans ta peau... Que voulait-il de toi ? Tu le regardas enfin dans les yeux, montrant explicitement ton mécontentement. Il ne semblait vraisemblablement pas de la CIA... Bien trop jeune pour ça... Du moins c'était là ta pensée. Tu te contentas alors de l'observer de ton regard hautain tandis que le garçon s'excusait pour son comportement. À vrai dire, l'envie de lui montrer les images les plus tordues et écoeurantes qui te passaient par la tête était irrésistible, mais cela comportait trop de risques. Étonnamment, tu l'écoutais... Énervé et pressé comme jamais, mais tu l'écoutais... Ce fut lorsque le trouble-fête te dévoila à son tour un tatouage similaire à son bras que ton attention se concentra sur lui. Il portait le chiffre neuf...

« Ce tatouage, ça vient d’où ? »

Tu observas légèrement autour de toi afin de vérifier que le vendeur ne vous avait pas suivi avant d'exploser de rire... Un rire probablement jaune, et plus mauvais que réellement sympathique.

« T'es encore plus paumé que moi dis ? »

L'idée même que ce gars n'ait aucune idée de l'existence du laboratoire te faisait grincer des dents. Son tatouage attestait sans aucun doute de son lien avec ce lieu maudit, et ce garçon n'avait aucun souvenir de quoi que ce soit . Tu avais vécu toute ta vie là-bas, les images de cet enfer blanc resteraient probablement à jamais graver dans ta cervelle, et ce mec se promenait sans rien comprendre... C'était risible, et la chose te mettait peut-être plus encore en colère.

« Tu sors d'où toi ? T'as vécu ta vie pépère avant de découvrir cette merde sur ton bras, c'est quoi l'histoire...? »

Tu observes une fois de plus son regard... Il est réellement sérieux et attend des réponses. Ce garçon te faisait presque pitié finalement, à te supplier ainsi de ne pas t'enfuir... Tu soupiras avant de continuer :

« Ça c'est un aller simple pour l'enfer. T'as été choisi par le diable, mes félicitations... Je sais même pas comment t'as fait pour t'en sortir... »
Revenir en haut Aller en bas

Invitéavatar

Invité




MessageSujet: Re: You can't stop the truth   Mar 2 Jan - 15:01


Jason s’était attendu à pas mal de choses de la part de ce « 002 », qu’il tente de s’enfuir, qu’il s’énerve ou qu’il l’insulte. Mais sûrement pas à ce qu’il éclate de rire, haussant un sourcil, il regarda le gamin sans vraiment comprendre. Ce n’était pas un rire joyeux, bien au contraire, il était froid et désagréable, l’adolescent regarda ailleurs un moment, un peu agacé par l’attitude de ce garçon. Il se tourna à nouveau vers lui quand il lui dit qu’il était paumé. Certes, il devait bien reconnaître que là il était vraiment dans les choux, c’était le cas depuis qu’il s’était découvert des pouvoirs. Quoique ça avait peut-être commencé avant, avec tout ce qu’il avait vu. Il ne répondit rien cependant, pour quoi faire ? Dire à ce gamin pas très net qu’il avait sans doute raison ?

« Tu sors d'où toi ? T'as vécu ta vie pépère avant de découvrir cette merde sur ton bras, c'est quoi l'histoire… ? Ça c'est un aller simple pour l'enfer. T'as été choisi par le diable, mes félicitations... Je sais même pas comment t'as fait pour t'en sortir... »

L’adolescent fronça les sourcils, il ne se sentait pas beaucoup plus avancé avec tout ça. Vivre sa vie pépère ? Choisi par le diable ? Comment il s’en était sorti ? Mais de quoi est-ce qu’il parlait ? C’était aussi clair pour lui que si 002 s’était soudain mit à parler suédois. Jason se passa une main dans les cheveux, au lieu des réponses qu’il espérait, il n’avait pour l’instant obtenu qu’une sensible augmentation de sa tension artérielle. Mais ce n’était pas le moment de craquer, la chose était trop importante pour qu’il la laisse passer. Gardant son calme tant bien que mal, il décida de répondre aux questions du garçon. Il voulait connaître son histoire, ça allait être assez rapide vu qu’il ne savait pas vraiment grand-chose dessus lui non plus.

« J’ai été adopté quand j’avais cinq ans par une famille du coin. Personne m’a jamais dit d’où je venais ou d’où je tenais ce numéro. J’ai grandi dans une ferme et… attend mais… »

Repenser à la ferme lui rappela immédiatement la fille qu’il cachait toujours, il observa le gamin une seconde. Ils devaient avoir à peu près le même âge, en tout cas ils avaient le même gabarit et la même pâleur. Et puis il ne l’avait jamais vu avant non plus ce gamin-là, alors soit il était complètement aveugle, soit la ville se remplissait d’enfants mystérieux sortis de nulle part. Et puis, il disait être paumé lui aussi, non ?

« Tu connaîtrais pas une fille, Autumn ? Une petite rousse avec un pull rayé… ? »

Jason le regardait maintenant avec curiosité, tout ça ne pouvait pas être une simple coïncidence, il se passait quelque chose en ville et aux alentours. Et qu’il le veuille ou non, il était impliqué là-dedans.

« Et c’est quoi cet « enfer » dont tu parles ? »

Les questions se bousculaient plus que jamais dans la petite tête de Jason, il devait faire le tri avant de parler pour ne pas noyer le gamin. Dans son esprit, il repassait le cours de sa vie, cherchant des détails qui pourrait apporter quelque chose, mais il ne voyait pas vraiment. À part, ses rêves qu’il faisait encore parfois, de longs couloirs blancs et de salles aseptisées, et qui le terrifiait sans qu’il sache pourquoi. Mais c’était juste des rêves, non ? Il devait avoir un peu peur des hôpitaux quand il était petit, peut-être même qu’il était malade ? Ça n’expliquait pas le numéro, cela dit.
Revenir en haut Aller en bas

Invitéavatar

Invité




MessageSujet: Re: You can't stop the truth   Mer 3 Jan - 3:16


Après mûre réflexion, tu ne pouvais pas nier que ton interlocuteur t'avait sorti d'un bon pétrin. À vrai dire, la colère que tu lui avais jusqu'ici montrée restait de l'ordre du puéril. Ce garçon était apparu de nulle part, et t'avait rapidement attrapé par le bras... La légère peur que cela avait engendrée t'était ainsi resté en travers de la gorge ! Deux bonnes minutes devraient probablement s'écouler avant que ta tension ne baisse, d'autant que ce vendeur pouvait toujours vous suivre... Tu étais ainsi encore aux aguets, prêt à utiliser ton don dès lors qu'une mince tête sortirait du coin de la ruelle. Peu importait, tu n'avais clairement pas envie de te faire remarquer, mais encore moins de te faire attraper ! Un séjour en garde à vue signifiait pour toi ton incarcération immédiate au laboratoire... Aucune adresse, aucune famille, aucun nom ni réel prénom, voilà quelque chose qui ne se voyait pas tous les jours au poste de police.

Tu tentas tout de même tant bien que mal de rester avec ton interlocuteur... Tu étais pressé, la fête que tu espérais tant ne pouvait pas attendre ! Pourtant, la vue de ce rescapé du laboratoire ne t'avait pas laissé si indifférent que tu semblais le montrer... Tu étais rude, indéniablement, c'était là ton caractère. Cependant, une petite plume sur ta langue ne demandait qu'à sortir afin de révéler toute la vérité à ce garçon ! Lui expliquer qu'il n'était qu'un rat de laboratoire ! Que ses parents étaient probablement morts en souhaitant le garder à ses côtés ! Qu'il devait probablement être surveillé avant de se faire incarcérer dès la moindre apparition d'un don intéressant... Bref... Tu étais resté en sa compagnie et ce malgré ta colère.

Le garçon t'expliqua finalement sa situation. Tu pouvais sentir le léger agacement dans sa voix ! Un agacement probablement logique et surtout très commun pour toi. Tu avais toujours emmerdé tes interlocuteurs ! Peut-être était-ce là un second don ? Quoi qu'il en soit, "monsieur perdu" avait été adopté dès ses cinq ans... Il était alors normal qu'il ne se rappelle pas de sa période au laboratoire. Du moins, si celle-ci n'avait pas été traumatisante, il n'y avait aucune raison pour que l'enfant se souvienne de ces quelques murs blancs dégueulasses... Tu te doutais que ses pouvoirs ne s'étaient pas encore manifesté ! Si cela avait été le cas, tu ne serais pas dans cette situation à lui expliquer d'où il venait ! Son séjour en enfer aurait été certainement prolongé, juste assez pour que le garçon s'en souvienne toute sa vie... Tout comme toi.

À peine eut-il terminé ses explications que ton interlocuteur détourna le sujet vers Autumn... Que venait-elle faire dans cette discussion ? Tu avais tenté de placer quelques mots, mais non. Le garçon t'avait, comme par illumination demandé si la jeune fille t'était familière... Malgré toi, la question te fit sourire. Il avait là de superbes pièces de puzzle afin de reconstituer les bribes de son passé manquant !

« Je connais Autumn, c'est moi qui l'ai sauvé de l'enfer... »

Tu restais très froid dans tes réponses, malgré le sourire apparent que tu dévoilais... À vrai dire, tu n'aurais jamais cru avoir à expliquer toute cette histoire à qui que ce soit... D'après toi, il y avait deux cas de figure : les gens complètement extérieurs à ces événements, dont les connaissances sur le laboratoire étaient nuls, et puis les acteurs de cette histoire, pleinement conscients de toute la trame... Ce garçon n'entrait dans aucune catégorie... Tu passais presque là pour un conteur d'histoire pour enfants...

« On est des cobayes. Des sujets d'expériences ! Toi, tu étais probablement inutile pour eux, alors ils t'ont dégagé du laboratoire... C'est aussi simple que ça. Tes parents d'adoption ? Oh je sais pas s'ils ont quelque chose à voir là-dedans, mais tu devrais te méfier d'eux... Si les méchants t'ont laissé la paix jusqu'ici, ne crois pas que tu sois en sécurité éternellement ! Il suffit de quelques événements étranges et hors de l'ordinaire pour que tu te retrouves en cage ! »

Tu aimais insidieusement annoncer ce genre de mauvaises nouvelles. Lui montrer que son monde pouvait s'écrouler d'un moment à l'autre ! Qu'il pourrait vivre l'enfer que tu avais vécu et auquel il avait échappé... Tu souhaitais malicieusement observer ses réactions face à ces révélations ! Il ne te croirait probablement pas sur le coup, mais peu importait... Tu savais très bien qu'au fond, ce gars se poserait très sérieusement des questions sur ce que tu lui avais annoncé ! Tout cela le tiraillerait, jusqu'au jour peut-être, où il se ferait directement prendre par ces hommes en blanc... En grand "altruiste" que tu étais, tu allais le mettre en garde ! C'était ton devoir après tout non ?

« T'as sûrement un truc en toi que les méchants recherchent. Une force, que tu connais pas... Mais elle est là, et j'aimerais être là pour voir ta tête lorsqu'elle se déchaînera ! »
Revenir en haut Aller en bas

Invitéavatar

Invité




MessageSujet: Re: You can't stop the truth   Mer 3 Jan - 14:34


Ça lui revenait maintenant, une chambre minuscule, quelques jouets, cet autre enfant aussi. Et puis ces hommes, il se ratatinait dans son coin dès que la porte s’ouvrait. Piqûres, électrodes, électrochoc, plongeons dans des bains, ils avaient toujours des idées tordues pour lui. Alors il luttait, il refusait de les suivre, mais ils étaient bien plus forts et l’emmenaient sans qu’il n’oppose tant de résistance dans ces couloirs interminables. Alors il criait de toute la puissance de ses poumons, il hurlait à s’en faire mal. C’était de là qu’elle venait, sa colère, et sa tristesse aussi, c’était gravé au fond de lui comme dans du marbre. Il n’avait jamais vraiment oublié, et il ne voulait plus jamais revivre ça. Le sentiment d’impuissance, il ne le supportait plus, c’était pour ça qu’il avait tenté de poursuivre la bête qu’il avait vu, malgré sa peur, pour ça aussi qu’il ne laissait personne se mettre en travers de son chemin.

Si 002 espérait le voir dans tous ses états, il devait être au comble du bonheur en ce moment-même. Jason était littéralement en train de se décomposer devant lui. Son teint naturellement pâle était passé au gris, puis au verdâtre. Il le croyait, ça n’était même pas la question, ce que le gamin racontait corrélait avec ce qu’il avait toujours ressenti. Ça collait avec ce numéro qu’il avait au bras. Il avait voulu un instant, tout rejeter en bloc, ça aurait était plus facile, mais comment ce garçon aurait-il pu inventer ça ? C’était tellement trop que ça en devenait possible. L’histoire de ses parents aussi, le fit réagir. Sa mère avait toujours agi très étrangement à son égard, pour son père c’était plus difficile à dire, mais peut-être était-il dans la confidence lui aussi. Jason se méfiait déjà, mais maintenant c’était sûr, il ne fallait pas leur faire confiance. C’est vraiment à la fin que le gamin lui donna le coup de grâce, quand il parla d’évènements étranges, d’une force qui serait en lui.

« Tu veux dire… comme faire bouger les objets par la pensée ? »

Jason avait l’impression d’être en apnée, ça s’entendit d’ailleurs pas mal quand il parla. Regardant autour comme s’il s’attendait presque à voir surgir des hommes en blanc, il tenta d’inspirer un grand coup sans vraiment y parvenir.

« On devrait bouger, si ce vendeur appelle les flics, ils vont sûrement fouiller les environs. Tu serais grillé avec tes boîtes de chocolats. »

La raison pour laquelle un gamin échappé d’un laboratoire secret et sans aucun doute recherché par des « méchants » se mettait à voler des boîtes de chocolat praliné aux éclats noisettes était un mystère pour Jason, mais c’était ce qu’il avait fait. Cela dit, il y avait d’autres mystères bien plus importants à résoudre, alors l’adolescent ne chercha pas vraiment à comprendre. Après un dernier coup d’œil dans la rue, il se mit à marcher en direction d’un petit parc pour enfants, vérifiant quand même que le gamin le suive.

« J’aimerais bien t’aider, mais je garde déjà Autumn chez moi, ce serait trop visible et dangereux si je ramenais quelqu’un d’autre, surtout si mes parents sont avec les gens dont tu parles. Mais si je peux faire quelque chose, hésite pas. »

002 n’était pas le compagnon le plus agréable, mais il avait quand même répondu à ses questions. Et puis, ils étaient dans le même camps, non ? Jason était sincère quand il parlait de l’aider, mais c’était clair que ses parents lui compliquaient sérieusement la tâche. Comment allait-il faire avec eux, d’ailleurs ? Il n’avait jamais été doué pour faire semblant, alors jouer la comédie face à des gens qui pouvaient le faire enfermer, ça promettait d’être salé. Bien sûr, l’adolescent avait beau avoir légèrement dévié du sujet, il continuait à réfléchir à ce que le garçon lui avait dit, et sa méfiance vis-à-vis du monde qui l’entourait venait d’augmenter de quelques bons crans. C’est avec un regard nettement plus suspicieux qu’il regardait maintenant autour de lui, le moindre passant lui paraissait soudain suspect.
Revenir en haut Aller en bas

Invitéavatar

Invité




MessageSujet: Re: You can't stop the truth   Ven 5 Jan - 16:21


Par une légère et très étonnante empathie, tu t'étais retenu de nombreux éclats de rire ! Le garçon avait tout pris dans la figure, et ne remettait rien en cause ! Naïf, peu terre à terre ? Peu importait, il croyait en tout ce que tu lui avais sorti, rendant ses réactions d'autant plus amusantes. Tu t'étais empêché de te rouler sur le sol de rire... C'était comme une illumination que tu venais de provoquer à ce pauvre garçon. Probablement aurait-il mérité une autre personne afin de lui expliquer calmement toute la vérité, mais après tout, il était lui-même venu te chercher ! Il n'avait eu que ce qu'il demandait : des explications... Tu n'avais jamais été très bon pour parler gentiment, ou encore agir avec attention. Ce n'était pas aujourd'hui, alors que ton excitation à l'idée de retrouver tes camarades était à son paroxysme, que tu allais peser tes mots...

« Tu veux dire… comme faire bouger les objets par la pensée ? »

Tu avais définitivement touché un point crucial de sa vie ! Vraisemblablement, le garçon avait déjà vécu ce genre d'évènement dont tu lui avais parlé. Rien d'étonnent ! Il ne restait probablement que peu de temps avant que la CIA ne le mette sur leur liste de cobaye... Pauvre de lui... Embarqué dans des histoires hallucinantes sans avoir rien demandé ! Tout ce que tu avais vécu ! Éprouvais-tu une quelconque empathie pour ce futur cadavre . Peut-être un peu... Il y a de cela longtemps que tu l'aurais semé, ou pire, illusionné, si son sort t'était complètement égal ! Tu te donnais ces airs arrogants et insensibles, mais au fond, ta curiosité te poussait toujours à agir d'une certaine façon pour le bien des enfants comme toi...

« Eh bien prépare-toi... Futur cobaye... »

Certes, tu étais plutôt très piquant. Tes conseils étaient tout aussi inutiles que les expériences faites dans ce laboratoire... Pourtant, tout était finalement véridique. Ce garçon devait désormais faire attention à toute nouvelle personne se pointant sur le seuil de sa maison... Tu ne connaissais pas particulièrement la procédure dans ce genre de situation, comment les agents de la CIA venaient reprendre leur "due". Cependant, une chose était sûre : si ton interlocuteur éveillait déjà de tel pouvoir, il verrait très bientôt débarquer de charmantes personnes venues pour "l'aider"...

Ce fut après un petit moment de parlote que ton interlocuteur décida enfin de quitter cette vieille ruelle décidément bien trop près du supermarché... Il n'avait pas tort sur ce point : il était bien trop facile de vous apercevoir ici... Tu aurais voulu ajouter que tout cela était son idée, qu'il était le seul à avoir choisi l'emplacement de votre conversation forcée, mais tu te retins... Au lieu de cela, tu te contentas de suivre gentiment ton interlocuteur. Très impressionnant pour être aussi arrogant que toi...

« J’aimerais bien t’aider, mais je garde déjà Autumn chez moi, ce serait trop visible et dangereux si je ramenais quelqu’un d’autre, surtout si mes parents sont avec les gens dont tu parles. Mais si je peux faire quelque chose, hésite pas. »

Tu l'observais d'une façon condescendante... Tu n'aimais clairement pas que l'on te vienne en aide ! Bien trop orgueilleux pour ça, il t'était difficile de te visualiser vivre "grâce" à une tierce personne... Tu avais déjà été hébergé deux semaines chez Mathieu, avant de finalement te retirer faute de sécurité due à son beau-père. Désormais, tu souhaitais te débrouiller seul... Du moins, penser et agir par soi-même ! Il était évidemment toujours utile de "travailler" en groupe, tel que ce magnifique vole de vêtements au supermarché que tu avais orchestré en compagnie d'Autumn ! Dans ces cas-là, la présence d'une personne proche était tout à fait accommodante.

« J'arrive à vivre tout seul... J'ai besoin de l'aide de personne... Pour ton cas en revanche c'est autre chose ! » tu lui ris légèrement au nez... « Soit tu fermes ta gueule et tu arrêtes tout de suite de chercher un sens à ces événements étranges... Soit tu te prépares à recevoir de la visite et à les accueillir en conséquence. »
Revenir en haut Aller en bas

Invitéavatar

Invité




MessageSujet: Re: You can't stop the truth   Dim 7 Jan - 9:47


« Eh bien prépare-toi... Futur cobaye... »

Ce garçon lui faisait quand même sérieusement grincer des dents, il s’amusait de sa situation et n’avait même pas la décence de le cacher ne serait-ce qu’un peu. Jason lui en aurait bien collé une, même si au final il l’aidait malgré tout à y voir plus clair dans le mystère qu’était sa vie. Il y avait quand même des manières de dire les choses, mais apparemment pas pour 002. Enfin bon, ils se mirent à marcher, et le gamin refusa son aide tout net, ça l’étonna un peu, mais l’adolescent se dit qu’il devait avoir trouvé une planque qui lui convenait quelque part, ou peut-être avait-il déjà quelqu’un pour l’aider. En tout cas Jason n’insista pas, il avait déjà assez à faire avec une enfant à s’occuper, pas besoin de s’en rajouter un deuxième, surtout s’il était aussi désagréable. D’ailleurs, celui-ci ne tarda pas à en rajouter une couche, en riant allègrement.

« Pour ton cas en revanche c'est autre chose ! Soit tu fermes ta gueule et tu arrêtes tout de suite de chercher un sens à ces événements étranges... Soit tu te prépares à recevoir de la visite et à les accueillir en conséquence. »
« J’avais compris oui… »

Jason ne put s’empêcher de prendre un ton agacé, ce garçon était vraiment trop énervant. Et le pire, c’était certainement qu’il avait raison, il allait devoir trouver la bonne attitude, sinon les choses risquaient vite de se gâter. Déjà, il avait parlé de ses pouvoirs à quelqu’un, le bibliothécaire. Grave erreur sans doute, mais personne n’était venu le chercher, alors c’était probablement qu’il n’avait pas été dénoncé. Il l’espérait en tout cas. Et maintenant ? Sa première idée aurait été de s’enfuir, de se cacher quelque part, mais c’était un mauvais réflexe aussi. S’il était bien surveillé, cela montrerait immédiatement qu’il se passe quelque chose. Et puis il y avait Autumn, il ne pouvait pas la laisser, et l’emmener avec lui il ne savait où ne ferait que multiplier les risques pour eux deux. Non, la seule solution, si on pouvait appeler ça comme ça, c’était de ne surtout rien faire. De fermer sa gueule comme disait l’autre.

« Tu parles de cobaye, mais, pour quels genres d’expériences ? Et puis, qui fait ça ? C’est totalement interdit… Qu’est-ce qu’on t’a fait ? Toi aussi tu as des… des pouvoirs ? »

Tout ça n’était qu’un petit échantillon des interrogations qu’il avait. Dans sa tête, c’était le déchaînement, mais il ne pouvait pas assaillir son jeune camarade de questions. Et puis ça lui montrerait vraiment à quel point il avait peur, à quel point son mode son monde s’effondrait. Ça lui ferait trop plaisir. Aussi Jason essayait-il de se maîtriser à peu près, même si ses mains tremblaient légèrement. Malgré tout il ne pouvait pas s’empêcher de ruminer encore et encore. Il finit par lâcher une nouvelle question, en espérant que ce soit la dernière.

« Et c’est quoi ces évènements étranges dont tu parles, ça à un rapport avec les disparitions, avec le monstre ? »

Jason ne savait pas si 002 avait entendu parler de tout ça, mais si c’était le cas, ce serait particulièrement inquiétant. Est-ce que le monstre qu’il avait vu venait de cet enfer dont il parlait ? Un genre d’expérience ratée qui aurait pris la fuite en même temps que tous ces enfants. Un homme transformé en autre chose à force de subir des tests, peut-être. Il en frissonna d’horreur, surtout que cet enfer ne devait pas être bien loin d’Hawkins, sinon il n’aurait pas croisé deux enfants en fugue. L’avenir s’obscurcissait à un rythme alarmant, à l’instant même, Jason aurait donné cher pour sombrer à nouveau dans l’ignorance d’il y a quelques semaines, et redevenir un simple lycéen un peu blasé, mais au final pas si malheureux.
Revenir en haut Aller en bas

Invitéavatar

Invité




MessageSujet: Re: You can't stop the truth   Lun 8 Jan - 23:21


Tu avais parfaitement entendu l'agacement dans la voix de toi interlocuteur. Une fois de plus, et non la dernière ! Il fallait dire que tu étais particulièrement virulent, toi et ton air si supérieur et arrogant... Tu te doutais que l'unique raison pour laquelle ton interlocuteur ne t'avait toujours pas frappé était le fait que tu puisses lui apporter des réponses ! Les personnes comme vous ne courrez pas les rues... Enfin... D'après ses dires, Autumn ne lui était pas inconnu. Si ce pauvre garçon avait engagé cette même discussion avec Five, probablement en serait-il sorti moins dégoûté et décontenancé... Tu avais un don pour rendre les choses plus moches encore qu'elles ne l'étaient ! Non seulement tes illusions pouvaient provoquer des cauchemars dans les yeux de tes interlocuteurs, mais tes paroles seules pouvaient retirer tout égaiement de leur tête... Cette superbe faculté, tu l'avais acquis en quatorze ans de vie dégueulasse dans un laboratoire infernal...

« Tu parles de cobaye, mais, pour quels genres d’expériences ? Et puis, qui fait ça ? C’est totalement interdit… Qu’est-ce qu’on t’a fait ? Toi aussi tu as des… des pouvoirs ? »

Même pour toi, cela faisait beaucoup de questions ! Beaucoup trop de questions pertinentes, d'autant plus ! Ce garçon savait parfaitement mettre le doigt sur ce qui allait devenir pour lui le principal problème. Tant mieux pour lui, il comprendrait d'autant plus rapidement la destinée qui l'attendait ! Croyait-il pouvoir vivre tranquillement dans sa charmante famille d'adoption en découvrant bien sagement ses nouvelles capacités au chaud dans sa maison . Ce n'était pas ainsi que les choses se déroulaient avec la CIA, et tu n'empêcherais aucune censure face à ton interlocuteur ! D'une certaine façon, il pouvait t'être reconnaissant... Tu n'étais pas l'une de ces personnes à ne pouvoir sortir aucun mot par peur de heurter ton interlocuteur ! Non clairement, tu te battais bien les couilles des sentiments de tes interlocuteurs face à tes paroles... Lorsqu'elles sortaient, c'était toujours trop tard afin de les retirer !

« Là-bas on te teste. On te traite comme une vulgaire merde jusqu'à la fin de ta vie, en te faisant passer différentes expériences. Y'en a des chiantes, et c'est sûrement les moins pire que tu puisses espérer ! Les autres, c'est de la torture. Tu en chies jusqu'à tomber dans les pommes. Et encore, ce serait la meilleure chose qu'il puisse t'arriver ! Et puis, si tu crèves, alors ils te tritureront le cerveau sans aucune gêne avant de te jeter dans une fosse commune. Après tout, rien n'est interdit ! Tu leur appartiens. Un petit veau prêt à passer à l'abattoir dès le jour de sa naissance. »

Tu lui ris une fois de plus au visage. Un rire plus jaune que jamais... Toutes ces explications, si tu pouvais te permettre de lui donner avec tant de certitions, c'était qu'elles avaient fais partie de ta vie... Les revoirs ainsi dans ton imagination ne faisaient pas beaucoup de bien, c'était là tout à fait concevable. Néanmoins, tu tenterais de trouver du réconfort dans l'expression désemparée de ton pauvre interlocuteur ! L'idée même de l'imaginer se visionner toutes ces images d'horreur était très amusante... N'étant cependant pas un si grand psychopathe, il n'était pas dans tes plans de jeter ce garçon dans la tombe aussi vite ! Si tu te montrais à première vue mauvais avec lui, tu lui donnerais les clés afin de se dépêtrer de cette situation bien compliquée...

Ce fut lorsqu'il aborda le sujet de tes pouvoirs que l'occasion de faire ton intéressant se pointa ! Tu n'étais pas vraiment du genre à frimer avec ça... À vrai dire, c'était tout particulièrement ce don qui t'avait valu de rester emprisonner dans ce foutu laboratoire autant de temps ! Cependant, tu ne le détestais pas... Bien au contraire, il avait été ton seul ami durant toute ton enfance. Le ressortir en de telles circonstances n'était de ce fait pas une si mauvaise idée. Du moins pour toi...

Tu t'étais ainsi imaginé un superbe et imposant papillon bleu au côté de ton interlocuteur ! Un insecte splendide, luisant même à la lumière du jour d'une couleur très forte... C'était là de parfaits néons sur une paire d'ailes d'un petit mètre chacune ! Évidemment, cette créature se matérialisa en un instant juste à l'endroit où tu l'avais imaginé, battant des ailes devant le garçon.

« Je suis pas du genre à bouger des objets... Moi j'suis un nul tu vois ! Inutile pour le laboratoire. Toi par contre, s'ils te choppent, t'inquiète pas que tu vas en crever de douleur ! »

Si les expériences que la CIA avait effectuées sur toi étaient déjà particulièrement horribles et douloureuses, tu n'avais pas fait partie de ces rats de laboratoire qu'ils envoyaient dans la cuve... Cet immense tube d'eau devait probablement être le sommet des tests de ces connards, et tu étais particulièrement heureux de ne pas avoir essayé ! En revanche, si ton interlocuteur en arrivait à entrer dans ce laboratoire, il allait boire la tasse...

« Et c’est quoi ces évènements étranges dont tu parles, ça à un rapport avec les disparitions, avec le monstre ? »

Tu regardas le garçon un peu étonné... Tu ne voyais clairement pas de quoi il parlait... Les disparitions ? Des enlèvements de la CIA très certainement... Mais... Le monstre ? Ce gars avait, en plus de ses problèmes d'identité, de gros problèmes de vue ! Soit, un illusionniste tel que toi en cavale lui avait joué des tours, soit un gros animal sévissait dans Hawkins... Tu ne comprenais pas réellement qu'est-ce que ce sujet venait faire dans votre conversation.

« Un monstre ? Je vois carrément pas de quoi tu parles... Non, les évènements bizarres, c'est toi et ta mère qui se fait encastrer dans le mur parce qu'elle t'a grondé... »
Revenir en haut Aller en bas

Invitéavatar

Invité




MessageSujet: Re: You can't stop the truth   Mer 10 Jan - 17:26


Son rire, non mais son rire, sérieusement, il fallait qu’il arrête ça, ça commençait méchamment à lui taper sur le système. Les choses apparurent cependant un peu différemment à Jason cette fois-ci. Okay, 002 essayait clairement de lui faire peur avec ses histoires, et il y arrivait, mais ce qu’il lui vendait comme son potentiel futur, c’était avant tout ce qu’il avait vécu lui-même. Pour l’adolescent, l’avenir était loin d’être écrit, peut-être qu’il se fera chopper, mais il n’était plus dans l’ignorance, il avait toutes les cartes en mains pour s’en tirer, non ? Par contre, le passé, lui, il ne changerait pas, et la vie de ce garçon avait été merdique, même encore aujourd’hui, son jeune camarade errait dans les rues, il avait peut-être un abri, peut-être pas. Il était en cavale, et risquait tout autant de se faire chopper que lui.

C’était probablement ça qui le rendait si virulent. Jason n’en dit rien, mais pour tout avouer, il commençait à le plaindre. Il ne savait pas trop pourquoi ou comment il avait échappé à tout ça, mais il s’estimait heureux. Dire que c’était probablement pareil pour la pauvre Autumn, il se sentit un peu plus mal encore rien que d’y penser. Combien d’enfants avait subit le même traitement ? Il y en avait au moins huit avant lui, mais il n’était probablement pas le dernier numéro. Ce qui était sûr, c’était qu’il allait tout faire pour ne pas vivre la même chose. Il en était là de ses réflexions quand un insecte de deux mètre d’envergure apparut soudainement devant lui. Jason fit un bond énorme et recula de plusieurs pas, les mains devant le visage.

« Bordel de merde ! »

Le cœur battant, il lui fallut quelques secondes pour réaliser que son interlocuteur n’avait pas du tout l’air étonné par l’énorme papillon bleu luisant qui volait à deux mètres de lui. Et de là, que c’était sûrement lui qui avait invoqué cette chose. Alors, ça n’était pas agressif ? Après une grosse hésitation, Jason fit un pas chassé en direction de la bête, et tenta de la toucher du doigt, mais sa main passa au travers.

« Oh, enfoiré ! »

Dans le doute, il avait quand même reculé à nouveau.

« D’accord, d’accord, c’est là, mais c’est pas là. C’est dans ma tête, c’est ça ? Putain de… Et pouvoir faire ÇA, c’est NUL ? Mais ils peuvent faire quoi ceux qui sont pas nuls alors ? C’est complètement délirant… »

Jason avait vraiment du mal à se remettre de ce choc. Okay, il avait fait voler une caméra une fois dans sa vie, mais sérieusement, là c’était d’un autre niveau. Il ne pouvait plus se voiler la face, les pouvoirs étaient bel et bien réels, il en avait aussi, et il était dans le caca. Voilà le résumé de la situation. Il se sentit blêmir à nouveau.

« Un monstre ? Je vois carrément pas de quoi tu parles... Non, les évènements bizarres, c'est toi et ta mère qui se fait encastrer dans le mur parce qu'elle t'a grondé... »
« Ouais, ouais, sûrement. »

Jason ne réagissait même plus aux petits pics de 002, en fait, il eut même un vague sourire. Il avait reçut trop d’informations d’un coup, et c’était un peu la tempête dans son pauvre crâne. Bon, le monstre n’avait rien à voir là-dedans, à priori, ce qui n’était pas forcément une bonne nouvelle, puisque ça voulait dire qu’ils avaient deux problèmes différents en même temps, l’enfer et la bête, plus les disparitions, plus Autumn, plus ses parents, plus ses pouvoirs, et la liste n’était sans doutes pas exhaustive, qui sait quel autre problème aller surgir de derrière un buisson ? Il ne savait pas vraiment comment il allait pouvoir gérer tout ça. Ce qui était sûr, c’était qu’il fallait arrêter de paniquer, réfléchir, et trouver des solutions. Jason avait recommencé à marcher aux côtés du garçon, il n’avait pas l’air trop nerveux, mais avait tendance à regarder un peu partout d’un air suspicieux quand même, et puis ses mains tremblaient un peu. Finalement, il osa demander.

« Et comment tu fais pour déclencher ton pouvoir ? Moi ça m’est arrivé qu’une fois, c’était un accident et quelqu’un m’a vu. Si je veux éviter de balancer ma mère par la fenêtre, il va quand même falloir que je maîtrise un peu ce truc, non ? Après, j’arrête de t’emmerder avec mes questions, promis. »

Leur deux pouvoirs étaient bien différents, mais qui sait, peut-être que 002 avait quelques astuces utiles malgré tout ?
Revenir en haut Aller en bas

Invitéavatar

Invité




MessageSujet: Re: You can't stop the truth   Dim 14 Jan - 2:00


Ton superbe papillon l'avait clairement fait bondir... Tu t'étais émerveillé devant le petit bijou que tu avais créé de toutes pièces. Une autre invention colorée de ton imagination, rendue observable par ta pensée ! Comme quoi, tu avais mis du coeur à l'ouvrage, comme tu le fais habituellement pour chacune de tes représentations, et ce peu importaient le but... Pourtant, ce gars ne l'avait pas trouvé à son goût. Il se permit même de jurer face à ton insecte... Oh ça, tu en connaissais de toutes les couleurs ! Les insultes devaient probablement prendre un bon pourcentage de ton vocabulaire. Il fallait dire que les scientifiques du laboratoire n'avaient jamais été très courtois à ton égard, aussi t'empressas-tu rapidement de reprendre leurs charmantes expressions.

« J'te permet pas ! »

Tu lui crachas ces mots à la figure comme un chat en colère. Tu avais été indéniablement froissé ! Évidemment, il était incompréhensible pour toi que quelqu'un ait pu se sentir en danger face à ton illusion... Là-bas, dans le laboratoire, les papillons étaient probablement les images les moins effrayantes de toutes les horreurs qui avaient pu te passer par la tête. Aucun scientifique n'avait jamais reculé d'un pas face à tes insectes multicolores ! Les raisons de sa frayeur t'échappaient légèrement, et ce malgré les progrès que tu avais faits afin de comprendre les façons de fonctionner de ce nouveau monde. Certes, tu concevais que cela puisse être inhabituel... Mais un pauvre et gentil papillon lumineux...

Finalement, ton interlocuteur continua sur sa lancée et reprit tes mots, toujours plus surpris afin de te poser une énième question ! Il venait probablement là de rehausser légèrement ton ego. Insister sur le fait que ton don puisse être délirant devait avoir joué dans ta soudaine baisse de tension... Si ce gars avait sursauté par peur de la majestuosité que tu avais crées, tu ne pouvais certainement pas lui en vouloir !

« Les pas nuls, c'est les comme toi. Enfin, les comme toi mais qui savent se débrouiller... J'ai pas eu énormément d'occasions de vous voir en action, mais suffisamment pour comprendre pourquoi les connards ont peur de vous ! Si tu te contentes de rester discret en évitant d'utiliser ton don, alors t'es un gros naze. Ils viendront te chercher quand même, et tu n'auras rien d'autre que tes coussins pour les empêcher de t'approcher... »

Tu avais rapidement commencé par le flatter avant de retomber dans ton discours habituel... Il n'était pas toujours question de rabaisser les autres avec toi (bien que depuis ton enfance, tes discussions avec les scientifiques se résumaient à cela...), mais tu devais lui faire comprendre que casser des gueules était parfois une nécessité, d'autant plus lorsque l'on possédait autant de moyen que lui ! Finalement, tu souhaitais bien l'aider... Malgré l'air froid et cynique que tu employais face à lui, il était là question de ne pas donner de nouvelle chaire fraiche en pâture au laboratoire. Si tu avais la possibilité d'empêcher ces gens de regrosser leur rang de petits toutous télépathes, ce ne pouvait être que bénéfique !

« Les comme toi, ils pètent des cervelles, ils envoient voler, ils en font baver et font bien mal ! Moi, je peux que leur faire une bonne frayeur. Au mieux une crise cardiaque, si ce sont vraiment des gros faibles... »

Oui... Lui montrer grossièrement ce qu'il pouvait advenir des méchants qui tenteraient de lui chercher des noises ! C'était une bonne solution afin de lui donner l'envie de se battre. Flatter légèrement son ego, même en salissant un peu le tien...

« Et comment tu fais pour déclencher ton pouvoir ? Moi ça m’est arrivé qu’une fois, c’était un accident et quelqu’un m’a vu. Si je veux éviter de balancer ma mère par la fenêtre, il va quand même falloir que je maîtrise un peu ce truc, non ? Après, j’arrête de t’emmerder avec mes questions, promis. »

Sa question te fit sourire. Elle était parfaitement bien tombée, et le fait que ton interlocuteur puisse penser qu'il t'emmerdait, et que tu pouvais partir à tout moment te rendait d'autant plus important ! En réalité, t'élever au poste de professeur, pour ce garçon pourtant plus vieux que toi était tout à fait amusant. Tu te voyais déjà lui expliquer comment tuer les cons qui t'avaient torturé depuis ton enfance !

Seulement... Sa question était finalement très pointue... Elle était particulièrement difficile ! Comment utiliser son pouvoir ? C'était une chose bien abstraite pour toi. En réalité, tu ne t'étais jamais fait la réflexion... Tu tentas ainsi de te visualiser l'état d'esprit dans lequel tu te trouvais à chacune de tes illusions. Évidemment, il n'était pas question du même don, mais la règle afin de faire travailler sa tête au contrôle d'autrui devait être la même.

« Il faut utiliser son imagination. Moi c'est comme ça que je fais... Je m'imagine ce que je souhaite le plus voir devant moi ! Alors je suppose que si tu souhaites vraiment faire souffrir les autres, c'est encore plus facile de l'utiliser sur quelqu'un... »

Tu réfléchis encore un peu, avant de sentir cette fine gouttelette de sang qui se déposait désormais sur ta lèvre... Ton nez était rouge.

« Oui ! Il faut que ça force ! Tu dois le sentir dans ta cervelle ! Ça doit te faire mal, comme si on te frappait sur la tête. En tout cas, c'est comme ça que ça me fait quand je l'utilise trop... En général, tu te retrouves comme moi. Comme un con, avec le nez tout rouge... Mais t'en fais pas, ça arrive toujours, et j'en suis pas mort ! J'dirais même que c'est un bon signe ! C'est que tu travailles bien ! »

Tu étais particulièrement fier de toi. Tu ne savais pas vraiment si ton interlocuteur allait vraiment comprendre les points que tu avais évoqués, mais d'après toi, ton explication était plutôt bien faite ! Comme un professeur ! Après tout, tu étais particulièrement doué pour poser des mots sur des idées. Tes pensées même pouvaient se changer en réalité....
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: You can't stop the truth   


Revenir en haut Aller en bas
 

You can't stop the truth

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
STRANGER THINGS :: HORS-JEU :: ARCHIVES DU FORUM :: SUJETS RPS-