AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
News du forum

► Venez découvrir la news n°06 en cliquant ici.

► Le FBI débarque sur le forum ! Pour en savoir plus, venez lire l'annexe FBI et dossiers secrets.

À savoir

► Nous sommes actuellement en septembre 1985.

► Les lieux de la ville ont été réorganisés pour faciliter le jeu.



 

Pour les dates de rp, nous suivons la chronologie IRL, excepté le fait que tout se passe en 1985.
Cependant, merci de respecter la chronologie du forum pour les événements importants.

On a besoin de membres de la CIA ou du laboratoire
pour équilibrer nos groupes sur le forum

Partagez | 
 

 Bouncing like a volleyball

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage

Invitéavatar

Invité




MessageSujet: Re: Bouncing like a volleyball   Mer 10 Jan - 17:18


Alors Rebecca avait vu des gens avec des pouvoirs dans un film ? Treize en avait vu quelques-uns à la télévision, mais c’était souvent ennuyeux et pas très intéressant. Il les regardait souvent plus pour enrichir son vocabulaire que pour réellement suivre l’histoire. Mais ce film, et ces Jedis, avaient l’air particulièrement intéressants, dommage que la jeune fille ne semble pas vouloir en dire plus à ce sujet. Au pire, il demandera à Alexander, il savait beaucoup de choses sur ce monde lui aussi, peut-être qu’il pourra l’aider à trouver ce fameux film. La petite démonstration de ses pouvoirs sembla faire complètement halluciner la brune, c’était un peu étonnant pour lui qui ne considérait pas avoir fait quoi que ce soit d’exceptionnel. Preuve s’il en fallait que ce genre de manifestation n’était pas, mais alors pas du tout anodine en ce bas-monde, il fallait absolument que Treize tienne ses pouvoirs en laisse s’il ne voulait pas se faire remarquer.

« Oui c'est ça, mais comment tu le sais ? Tu peux lire dans mon esprit, ou un truc du genre ? »

Treize haussa les épaules, elle lui demandait encore de décrire ses pouvoirs avec des mots, alors qu’il avait déjà du mal à parler de choses bien plus simples. C’était d’autant plus complexe qu’il ne s’était jamais posé ce genre de questions. Comment il le savait ? Il le savait, c’est tout. Il fit quand même un effort pour tenter de comprendre son propre fonctionnement, parce que du coup, il avait envie de savoir aussi. Il fallut un peu de temps avant qu’il ne se lance, la voix légèrement hésitante.

« Hm… Quand je pense à quelqu'un, je deviens connecté à lui. Je sais qui c’est, où il est, s’il a froid, ou faim, ou peur. Je sais pas toujours tout, c’est compliqué parce que tout est mélangé entre moi et les autres. Et puis, à la maison j’utilise pas beaucoup ça. »

Pendant un instant, il fixa Rebecca avec un regard qui semblait pouvoir transpercer la matière. Mais ça ne l’avança pas tellement.

« Toi tu ressens beaucoup de choses, avec toi c’est compliqué. »

Treize n’avait jamais autant parlé de toute sa vie. Son explication était un peu confuse, même pour lui, mais il ne voyait pas comment faire mieux. Il lui demanda ensuite s’il lui faisait peur, et hocha légèrement la tête quand elle lui demanda s’il comprenait. Pour tout avouer, il n’avait pas exactement tout saisi, et avait un peu buté sur les mots science-fiction et déconcertant, mais il avait compris qu’elle devait avoir un peu peur. C’était une réponse honnête, et il ne pouvait que la remercier pour ça. La question suivante, d’ailleurs, ne fit qu’illustrer les inquiétudes qu’elle pouvait avoir. Treize écarquilla les yeux quand elle lui demanda s’il pouvait faire du mal aux gens, il se remémora tous les animaux sur lesquels on lui avait fais tester ses pouvoirs, et ça lui faisait mal. Pour tout dire, on lui avait aussi demandé de s’attaquer à un être humain, mais il n’avait pas pu, peu importe le nombre de punitions qu’il reçut pour ça.

« Je ne fais pas de mal ! »

Il avait parlé bien plus fort et plus vivement qu’il ne l’avait imaginé, et se surprit lui-même. Baissant les yeux, il poursuivit d’une petite voix.

« Je peux, mais je ne veux pas. À la maison, j’écoute les Russes. On me montre quelqu'un, on me met dans un bassin, dans le noir, j’aime pas le noir… Et j’écoute, et tout ce que j’entends, je le donne par téléphone, jusqu’à ce que j’ai trop mal pour continuer. Et ça recommence tous les jours. »

Au ton qu’il avait pris, on comprenait sans difficultés que passer la journée dans une piscine, à transmettre des messages, n’était pas une expérience des plus agréables. Mais au centre, on ne lui laissait pas tellement le choix. La dernière question de la jeune fille concernait son nom, elle lui demandait pourquoi il s’appelait comme ça. Elle en avait de bonnes quand même, comme s’il avait choisi son prénom. Encore une fois, Treize haussa les épaules.

« À la maison, ceux comme moi ont tous un numéro. Je connais Two, c’est grâce à lui que je suis sorti, mais on est beaucoup. On a fait quelque chose et grâce à ça on s’est échappés. »

Le jeune homme s’arrêta, il avait laissé échappés énormément d’informations sensibles, et en avait bien conscience. Il lui épargna cependant la partie sur le portail étrange qu’il avait ouvert avec les autres cobayes, et sur la créature mangeuse d’homme venue d’une autre dimension. Même une fan de science-fiction devait avoir ses limites.

« Savoir tout ça, ça te met en danger. Mais tu es déjà en danger, pas vrai ? Je t’en parle parce qu’on est un peu pareils, on se sent surveillés, suivis. Je ne sais pas pourquoi tu es comme ça alors que tu n’as pas de numéro, mais si ce que je sais peux t’aider, tu peux poser autant de questions que tu veux. »

Il regardait maintenant la jeune fille d’un air assez grave, il savait qu’elle avait des problèmes elle aussi, même s’il ne pouvait pas se douter que la cause de leurs malheurs était la même.
Revenir en haut Aller en bas

Invitéavatar

Invité




MessageSujet: Re: Bouncing like a volleyball   Jeu 11 Jan - 0:11



Rebecca était si étonnée qu'elle n'avait pas pu s'empêcher de poser bon nombre de questions, et Treize tâchait d'ailleurs de répondre du mieux qu'il pouvait. S'embarquant quelque fois dans des explications confuses mais que la jeune fille avait toutefois l'impression de saisir quand même, au moins dans l'idée. Et savoir qu'il pouvait capter certaines de ses pensées et certaines de ses émotions avait un côté assez anxiogène, même s'il confessa lui-même qu'il ne captait justement pas grand chose chez elle à cause du maelström qui régnait sous son crâne. Ou comment avouer que se sentir totalement paumée pouvait quelque fois avoir du bon …

Mais lorsqu'elle lui demanda s'il était capable de faire du mal aux gens, la réaction de Treize fut tellement vive qu'elle en était presque épidermique, et Becca leva aussitôt les mains devant elle comme pour l'apaiser. L'écoutant ainsi expliquer qu'il pouvait mais qu'il ne voulait pas, avant d'exposer une partie de sa vie qui mit aussitôt la gamine mal à l'aise. Très mal à l'aise.

« Désolée, je ne voulais pas te vexer. »

Elle voulait simplement savoir si elle était en danger, et ce même si elle connaissait déjà très bien la réponse. Comme il lui apparaissait également assez évident que ce jeune homme était lui aussi en danger … et que la ''maison'' qu'il décrivait n'avait absolument rien de rassurant ! Au contraire, la description de ce qu'on lui faisait faire était assez inquiétante, surtout si l'on prenait en compte le fait que Treize – et sans doute Eleven ainsi que les autres personnes dans son cas – ne devaient pas être très bien traités là-bas puisqu'ils n'avaient même pas droit à un prénom. Tout juste à un numéro. Comme des animaux d'élevage ou des objets.

C'était un cauchemar. Un putain de cauchemar !

Si elle avait initialement pensé que cette Eleven qu'elle devait retrouver était une russe ou quelque chose du genre, il apparaissait soudainement que les choses étaient bien plus troubles et bien plus glauques, et Rebecca se sentit aussitôt mal. Coupable. Dégueulasse … Et le fait que son interlocuteur fût aussi gentil avec elle – se souciant bientôt de son état – ne servait qu'à renforcer encore ce malaise qui s’agitait au sein de son estomac comme pour lui retourner les entrailles.

Elle allait devoir répondre. Elle allait devoir mentir.

« Je … non c'est plus … compliqué que ça. »

Plus compliqué …
Pourtant dans sa maladresse, Treize semblait au contraire être tombé plutôt juste la concernant, aussi la jeune fille allait-elle devoir lui mentir pour s'en sortir sans éveiller ses soupçons. Mentir. Jouer du fait que les relations sociales n'avaient pas l'air d'être son fort et qu'elle pourrait donc certainement l'embrouiller.

« Mes parents sont morts récemment, ils ont été tués pendant un accident et … et je sais pas. Je sais pas quoi penser. Je sais pas quoi faire. Je me sens juste complètement perdue, et c'est pire encore dans cette ville. Je connais personne … j'ai pas d'amis … je suis seule et … »

Oui, elle se sentait perdue et esseulée. Sans repère. Privée de sa volonté et privée de tout ce qui pourrait être important pour elle. Et même s'il ne s'agissait là que d'une seule composante du problème, il n'empêchait que ce n'était pas un mensonge. Pas vraiment. Pas entièrement.

« Mais c'est gentil de ta part, je crois que tu es la première personne que je croise à Hawkins avec qui je parle vraiment. C'est assez agréable. »

Pas que Jim Hopper ne fût pas gentil d'ailleurs, mais disons qu'il tenait manifestement plus de l'ours que de l'être humain normal. Et qu'il était assez distant avec elle aussi, sans doute parce qu'il devait toujours être sonné par la mort de Diane et l'arrivée dans sa vie d'une gamine qui n'était même pas la sienne. Et Becca ne pouvait que comprendre …

« En tout, cette ''maison'' ne semble vraiment pas acceuillante, alors tu devrais vraiment être prudent et ne pas montrer ce que tu sais faire. Et puis peut-être te trouver un autre prénom aussi, parce que ça pourrait intriguer les gens que t'appelles Treize … il n'y a pas un prénom que tu aimerais porter ? »

Elle aurait sincèrement voulu l'aider. Elle aurait également voulu ne jamais le croiser. Dans ce flot de sentiments qui ne cessaient de l'agiter et de la déchirer au point que – finalement – elle ne savait plus vraiment ce qu'elle voulait.
Revenir en haut Aller en bas

Invitéavatar

Invité




MessageSujet: Re: Bouncing like a volleyball   Jeu 11 Jan - 18:01


« Désolée, je ne voulais pas te vexer. »

Le jeune homme ne se sentait pas vexé, mais il est vrai qu’il n’aimait pas le fait que ses capacités puissent devenir si facilement létales. C’était si fragile, un être humain, quand on le regardait de ce point de vue-là. C’en était presque à se demander comment il pouvait y en avoir autant dans cette seule ville. Il repensa au monstre, à tout ce qu’il avait pu subir, au monde sans soleil, toutes ces choses étaient des dangers potentiellement mortels pour la plupart de ses pairs, et il savait qu’il en ignorait beaucoup d’autres. Mais Treize avait un profond respect pour la vie, il l’admirait même, elle était tellement riche, tellement magique, il ne voulait pas être de ceux qui la détruisent.

« Ce n’est rien. Je comprends que ça t’inquiète. »

Treize écouta la jeune fille parler un peu de son histoire, il ne savait pas ce que ça pouvait faire de perdre un être cher. Il n’y a pas si longtemps, il n’avait d’ailleurs aucun être cher dans sa vie. Aujourd’hui, il se souciait d’Alexander, beaucoup, il avait vraiment peur qu’il lui arrive quelque chose par sa faute. Qu’est-ce qu’il ressentirait s’il le perdait ? C’était peut-être parce qu’il était à proximité de Rebecca et du flot confus d’émotions qui la traversait, mais il s’imagina comme perdant l’équilibre, basculant dans un vide immense. Ce serait un véritable déchirement, une horreur, il osait tout juste y penser. Il aurait préféré que ce soit lui qui disparaisse. Ses yeux se firent un peu brillants même si aucune larme ne se mit à couler.

« C’est… terrible. »

Il ne savait pas quoi dire d’autre. Pouvait-il seulement dire quoi que ce soit qui améliorerait les choses. C’était peut-être parce qu’il ne maîtrisait pas trop l’art de la communication, mais dans cette situation, les mots lui parurent dérisoires. Rien ne pouvait décrire la peine que devait ressentir Rebecca en ce moment même, et rien ne pouvait l’apaiser. Il aurait aimé pouvoir lui apporter quelque chose de positif, mais il ne s’en sentait pas capable. Treize, en tout cas, ne chercha plus à comprendre pourquoi elle ressentait tant de choses, ni d’où venait ce sentiment d’insécurité, il croyait totalement que l’explication était là. Elle avait l’air tellement sincère avec lui depuis le début. Il eut un faible sourire quand elle lui dit que parler avec lui était agréable.

« J’aime bien parler avec toi aussi. Je ne connais pas beaucoup de gens non plus, on peut être amis si tu veux. On peut même rejouer au volleyball un jour, c’est drôle. »

Sans vraiment y penser, Treize se mit à jouer avec le ballon qu’il tenait toujours, le lançant un peu en l’air pour ensuite le rattraper. Mais au bout de trois fois, il réceptionna mal la balle qui partie rouler un peu plus loin. Le jeune eut une moue boudeuse, et râla un peu, mais il ne partit pas la chercher, tant pis. Rebecca, elle, reprit la parole avec quelques bons conseils. Déjà, être prudent avec ses pouvoirs, mais surtout, se trouver un vrai nom.

« Je peux choisir un prénom ? »

Treize avait haussé les sourcils, étonné, il n’avait pas du tout pensé à ça. Après tout on l’appelait comme ça depuis toujours. Il ne tarda pas à sentir un mélange de joie et d’excitation monter en lui. Il pouvait vraiment avoir un prénom, comme tout le monde ? Ce serait tellement merveilleux. Réfléchissant très vite, il souffla, l’air perdu dans ses pensées.

« Oui, c’est une bonne idée ! Il peut commencer par T, comme Treize. Mais je n’en connais pas »

La simple idée de pouvoir être un peu plus normal le rendait heureux. Cela dit, il ne connaissait que très peu de noms pour le moment, il les passa en revu. Il y avait Hawkins, Alexander, Snow, Mathieu, Rebecca, Chloé, et quelques autres qu’il avait entendu à la télévision. Mais ces noms étaient déjà pris, il fallait donc en trouver un de différent. Il n’y avait pas deux Treize au laboratoire après tout.

« Je vais réfléchir. Peut-être que la prochaine fois qu’on se voit, j’aurais un vrai prénom. »

L’idée semblait vraiment l’emballer en tout cas, il eut un grand sourire.

« On se reverra, hein ? »
Revenir en haut Aller en bas

Invitéavatar

Invité




MessageSujet: Re: Bouncing like a volleyball   Jeu 11 Jan - 18:36



« Bien sûr, ce sera avec plaisir ! »

Devenir amis et rejouer au volley ensemble … une proposition que Rebecca venait d'accepter avec un sourire sincère aux lèvres parce que – sincèrement – cette idée lui plaisait beaucoup. En tout cas aurait-elle plu à la Rebecca normale, celle qui n'avait pas la CIA aux fesses, celle qui ne se noyait pas dans son angoisse constante. Mais après tout, n'avait-elle pas le droit justement, d'enfin sortir la tête de l'eau pour respirer un grand coup ? Ne serait-ce que quelques instants ? Ne serait-ce qu'avec une seule personne ? Même si demeurer seule était la solution la plus prudente pour tout le monde, la jeune fille devait bien avouer qu'avoir des amis ne pourrait que l'aider à aller mieux et à supporter tout ça. Tout comme elle devait bien avouer que – quelque part – elle était extrêmement faible …

Mais face à l'idée de se choisir un vrai prénom, Treize sembla positivement ravi même s'il confessa bientôt ne pas en connaître qui pourrait commencer par ''T'', et Becca se creusa aussitôt la cervelle pour essayer de lui trouver quelques exemples.

« En ''T'' alors … tu as Terrence, Théo, Thomas, Terry, Tobias … enfin c'est ceux qui me viennent là tout de suite. Mais tu devrais regarder sur un calendrier si tu peux en trouver un, il y a toujours des listes. »

Après tout, le calendrier restait encore l'outil principal des parents n'ayant pas d'idées fixes pour le prénom de leurs enfants à naître, alors son interlocuteur pourrait très bien essayer lui aussi d'y jeter un coup d’œil. Quoi qu'il en fût, cette perspective semblait vraiment le ravir, et ce fut dans une bonne humeur communicative qu'il lui demanda aussitôt s'ils se reverraient. Un sourire tellement agréable aux lèvres que Rebecca se sentit elle aussi sourire à nouveau. Parce que ça faisait vraiment du bien de pouvoir discuter simplement avec quelqu'un de gentil.

« Oui j'espère vraiment qu'on se reverra. De toutes façons moi j'ai cours presque tous les jours ici, alors on pourrait se donner rendez-vous des fois le soir ici, après les heures de cours, si ça te tente ? Comme ça on pourrait jouer si tu veux, ou toutes autres choses d'ailleurs. Mais par contre ne me dis surtout pas où tu habites, comme ça ça limite le danger pour toi, ok ? »

Après tout si elle ignorait où il se planquait, elle ne pourrait logiquement pas le dénoncer, et cette simple déduction la soulageait vraiment. Enlevant un certain poids qui lui comprimait le cœur jusque là. Ce qui ne voulait pas dire qu'elle se sentait libérée mais simplement qu'elle se sentait … un peu mieux. Un peu plus normale. Comme si elle pouvait profiter d'une présence amicale sans que cela ne constituât un danger.

Mais par contre, voir Treize après les cours allait aussi nécessiter qu'elle fît très attention à ses horaires, parce que Jim lui avait déjà donné un couvre-feu et qu'il semblait être assez inflexible sur le sujet. Et vu qu'il était plus que conseillé pour elle de faire profil bas, elle allait donc devoir jongler avec son emploi du temps, qui n'était heureusement pas trop chargé pour le moment vu qu'elle n'avait pas encore de petit boulot.

« Et puis si tu veux, je peux te montrer quelques exercices simples, comme ça tu pourras t'entraîner chez toi. Ça te tenterait ? Et puis je suis persuadée que bientôt, on pourra se faire un bon petit match tous les deux. Et pourquoi pas aller se manger une glace à l'occasion … si t'aimes les glaces en tout cas ! Et aussi s'il y a un endroit où en trouver ici. »

Sortir avec ses amis, se faire quelques passes, aller manger une glace ou se faire une soirée au cinéma … autant d'éléments que la jeune fille avaient toujours considéré comme basique dans sa petite vie d'adolescente, mais qui pourtant semblaient désormais loin. Très loin. Perdus à des centaines de kilomètres d'elle. Presque inatteignables. Presque … et ce même si elle espérait quelque part que rejouer sa vie d'avant pourrait l'aider à se voiler la face.
Revenir en haut Aller en bas

Invitéavatar

Invité




MessageSujet: Re: Bouncing like a volleyball   Ven 12 Jan - 19:03


Terrence, Théo, Thomas, Terry, Tobias… Oula, ça faisait beaucoup de noms d’un coup, comment choisir ? Et apparemment il y avait moyen d’en trouver encore plus dans un calendrier, quoi que ça puisse être. Combien de prénoms existaient en ce bas-monde, et combien de gens pour les porter, s’il y en avait déjà tellement rien que pour la lettre T ça devait être pas mal. Un peu dépassé, Treize regarda sa nouvelle amie avec des yeux ronds.

« Je trouverais un ca… calendrier. Il y a beaucoup de prénoms on dirait. »

En tout cas, cette histoire de prénoms et la perspective de pouvoir se revoir avaient mis les deux jeunes gens de très bonne humeur. Treize réalisa vite qu’il ne serait pas difficile de trouver la jeune fille, puisqu’elle venait ici presque tous les jours pour ses cours, ils n’auraient qu’à se donner rendez-vous à la même heure, au même endroit, et voilà. C’était presque trop facile. Il hocha la tête quand elle lui dit de ne pas lui donner son adresse, c’était encore un très bon conseil. En plus des cours de volley, Rebecca pourrait sans peine lui donner quelques cours de prudence, ce ne serait pas du luxe. C’était une fille maline de toute évidence. L’adolescente lui proposa ensuite de lui montrer quelques exercices d’entraînement, et même de manger des glaces. À nouveau, il hocha vivement la tête.

« Oui ! J’ai le temps de m’entraîner. Je peux devenir fort à ce jeu, tu verras. Je n’ai jamais mangé de glace, c’est bon ? Ça a l’air bon. Je veux goûter. »

C’était incroyable comment une simple conversation pouvait changer les choses. Pendant un temps au moins, Treize oublia la maison, il oublia qu’il était en cavale, qu’il ne pouvait vraiment se fier qu’à lui-même. Il était presque devenu un jeune homme ordinaire, qui ne demande qu’à profiter de la vie, faire des choses simples comme s’amuser avec une amie, grignoter des sucreries. Des choses basiques qu’il n’avait pourtant jamais faites jusque-là. Est-ce qu’il avait le droit de vivre ça lui aussi ? Il l’espérait, Rebecca lui donnait cet espoir. Il n’oubliait pas les menaces qui pesaient sur lui, le risque d’être rattrapé et remit en cage, il ne pouvait pas l’oublier. Mais dans ce gymnase, c’était comme si le temps s’était un peu arrêté, comme s’il avait le droit à une brève trêve au milieu de son errance. Sur ce point, il était presque sûr qu’elle et lui se retrouvaient. Treize fit un geste en direction de la balle, et celle-ci lui sauta aussitôt dans les bras. Oui, il avait encore utilisé ses pouvoirs, mais ils n’étaient que tous les deux, ça allait, non ? Il lança ensuite la balle à Rebecca.

« Montre-moi les exercices. »

Bon, ça manquait de s’il-te-plait ou de merci, mais ce n’étaient pas le genre de mots qu’il entendait beaucoup au Centre, il faut bien avouer. Un jour, sûrement, ça deviendra une habitude. En attendant, il compensait avec un sourire innocent, presque enfantin. Il regarda les différents mouvements que Rebecca lui proposait, et les reproduisit en même temps pour bien comprendre. Il avait toujours été plutôt doué pour imiter les gestes, aussi, il ne lui fallut pas trop de temps pour assimiler ce qu’elle tentait de lui apprendre. Restait à réussir la même chose avec la balle en main, ça allait être autre chose, mais Treize était prêt à relever le défi. Finalement, une fois qu’il eut bien tout compris. Le jeune homme proposa de façon tout à fait innocente.

« Peut-être qu’on pourrait chercher des glaces maintenant. Surtout si on ne sait pas trop où en trouver. »

Oui, parce que quand il s’agissait de manger, Treize n’était pas le dernier.

« Je veux dire, peut-être qu’on ne trouvera même pas aujourd’hui. Alors… »

Bien sûr, mieux valait être organisé, et lancer l’opération glace tout de suite. On ne sait pas de quoi demain sera fait après tout, et puis ça avait l’air tellement bon. Aller, c’était décidé, le jeune homme commença à prendre le chemin de la sortie, l’air très motivé même s’il n’avait aucune idée de où il allait. Il se tourna vers sa camarade après avoir fait quelques mètres.

« Tu viens ? »

Toujours aussi plein d’énergie, Treize partit en direction de la sortie, il était presque arrivé au hall principal quand il s’arrêta devant un distributeur de barres chocolatées et autres cochonneries délicieuses. Après avoir regardé quelques instants les différents produits mis à disposition, il demanda.

« Il y a des glaces là-dedans ? »

Ça serait pratique, c’était bien la première fois qu’il voyait de la nourriture ainsi offerte gratuitement, sans personne autour pour la surveiller.
Revenir en haut Aller en bas

Invitéavatar

Invité




MessageSujet: Re: Bouncing like a volleyball   Sam 13 Jan - 16:21



Après avoir assuré à Treize que les glaces, c'était effectivement très bon, Rebecca lui montra également plusieurs mouvements assez basiques en volley. Passant ainsi de longues minutes à lui expliquer et lui décortiquer certaines passes, le tout dans une bonne humeur et une légèreté que la jeune fille n'avait plus connu depuis la mort de ses parents. Et une fois que son interlocuteur eut bien tout compris, ce fut lui qui initia cette rude mission qu'était la recherche de glaces, et Becca sentit un large sourire amusé étirer ses lèvres.

« On ne trouvera peut-être pas celles comme j'ai l'habitude à Indianapolis mais on en trouvera bien d'autres, ne t'inquiète pas. »

Après tout si Hawkins n'avait pas de super glacier comme celui où elle adorait aller avec son père, la petite ville comportait toutefois des supérettes et des magasins, alors trouver des glaces ne devraient normalement pas poser de soucis. D'autant plus qu'un cône caramel ou un bâtonnet au chocolat, c'était toujours excellent ! Même en plein hiver !

Et sitôt que Rebecca eut rangé les ballons dans la réserve, elle ramassa ses affaires qu'elle avait déposées dans les gradins, puis elle emboîta le pas de Treize jusqu'à ce que celui-ci se stoppât devant un distributeur qui se trouvait dans le hall principal. Son regard manifestement très attiré par toutes les cochonneries sucrées qui s'étalaient gentiment dans leurs rayonnages en spiral.

« Non il n'y a pas de glace, parce contre ça c'est excellent … et ça aussi … ah ceux-là aussi sont trop trop bons ! Et avec du beurre de cacahuète, tu as ceux-là qui … »

Et allez, la gamine était lancée ! Pointant du doigt chaque douceur, elle était en train de toutes les décrire à Treize afin de lui faire découvrir – du chocolat, du beurre de cacahuète, des amandes, du caramel et bien d'autres ! – et chaque description s'accompagnait également d'un avis. De ''pas terrible'' à ''monstrueusement bon'' et passant par ''génial''. Jusqu'à s'arrêter en tout cas sur une longue lignée de petits pochons de couleur orange …

« Et ça c'est des Reese's, c'est des bonbons au chocolat et c'est juste le meilleur truc qui existe sur terre ! Tu veux goûter ? »

Et comme la gamine avait cru le deviner, Treize était effectivement faible face à la gourmandise, et Rebecca inséra donc quelques pièces dans la machine afin de récupérer son précieux trésor contenu dans un plastique orange vif qu'elle ouvrit aussitôt avant de le tendre à son ami.

« Tiens sers toi, j'ai pris les basiques mais à l'occasion, je te ferai aussi découvrir ceux au beurre de cacahuète, parce que je n'ai pas l'impression que tu connaisses. Et si tu es prêt, on peut y aller … ah quoi que non ! »

Si Rebecca avait esquissé quelques pas en direction de la sortie, elle venait surtout de se stopper un peu brusquement. Attrapant le jeune homme par le bras afin de le retenir lui aussi.

« Ce n'est pas dangereux pour toi de sortir en ville ? Personne ne risque de te reconnaître ? Si tu veux, j'ai un bonnet et une écharpe, ça permettrait peut-être de dissimuler ton visage. Au moins un peu … »

Après tout, le laboratoire se trouvait tout près, alors la CIA avait peut-être des agents qui patrouillaient en ville pour surveiller au moins un minimum ? Quoi qu'il en fût, faire preuve de prudence ne pourrait pas faire de mal, et vu qu'ils étaient en plein hiver, ça ne choquerait absolument personne que Treize fût emmitouflé de la sorte.
Revenir en haut Aller en bas

Invitéavatar

Invité




MessageSujet: Re: Bouncing like a volleyball   Dim 14 Jan - 17:21


« Indianapolis ? »

Treize était presque sûr que c’était une autre ville, incroyable, il y avait donc bien d’autres endroits en dehors d’Hawkins. Le monde était vaste, deux villes au moins, peut-être qu’un jour il pourra aller la visiter aussi, si quelqu’un pouvait l’y emmener. Ce serait génial, surtout si les glaces y étaient différentes, il allait devoir toutes les goûter. Et en parlant de goûter, la machine devant laquelle il venait de s’arrêter avait l’air remplie de choses délicieuses. Ce n’était pas Rebecca qui allait lui dire le contraire, elle lui décrivit les différentes sucreries, et à l’entendre, non seulement elles les avaient toutes testées, mais en plus la plupart étaient bonnes à tomber par terre. Treize était comme scotché à la machine, les yeux brillants, chocolat, beurre de cacahuète, amandes, caramel, noisettes n’attendaient que lui, juste derrière la vitre.

« Et ça c'est des Reese's, c'est des bonbons au chocolat et c'est juste le meilleur truc qui existe sur terre ! Tu veux goûter ? »

Le jeune homme hocha vivement la tête, bien sûr qu’il voulait goûter, ça et tout le reste. Il regarda Rebecca sortir des pièces de monnaies et les glisser dans l’appareil. Lentement, celui-ci s’activa, et un paquet de Reese’s tomba dans le bac. C’était presque de la magie, Treize se retrouva avec un espèce de biscuit entre les mains. On lui donnait parfois des biscuits au centre, quand il s’était très bien comporté, ou qu’il faisait une crise d’hypoglycémie. Pour tout avouer, il avait même déjà simulé des crises pour en avoir, mais celui-ci était différent, il était recouvert d’un nappage marron qu’il n’avait encore jamais vu. D’un air suspicieux, il renifla le biscuit, et ça sentait drôlement bon, pas comme le café que buvait Alexander à longueur de journée. Finalement, il croqua dedans.

« Hmmm ! »

C’était fondant et croquant en même temps, un mélange de saveur qu’il n’était pas capable d’identifier mais qui se mariaient à merveille pour faire exploser ses papilles de délice. Il n’avait jamais, jamais rien mangé de tel, il ne se serait même pas douté que quelque chose d’aussi sensationnel pouvait exister s’il ne l’avait pas justement dans la bouche. Treize fourra le reste de biscuit dans sa bouche et regarda la machine. Celle-ci s’activa subitement toute seule, les différentes spirale se mettant à tourner alors que des tonnes de sucreries tombaient dans le bac. Il y en avait tellement que le jeune homme eut du mal à ouvrir la trappe pour se prendre quelques grosses poignées et les fourrer dans ses poches. C’est avec un air tout à fait innocent qu’il releva ensuite et rejoignit la jeune fille. Celle-ci s’inquiétait maintenant qu’on puisse le reconnaître en ville.

« J’ai pas eu de problèmes, jusqu’à maintenant. Un bonnet ? »

On peut dire qu’il avait eu de la chance jusque-là, parce que niveau discrétion, il n’était vraiment pas le plus doué. Cela dit, il accepta volontiers le drôle de chapeau de laine de Rebecca, il ne savait pas trop quelle tête il avait avec ça, et ça faisait bizarrement chaud aux oreilles, mais si ça pouvait l’aider à être plus discret, il ne disait pas non, pareil pour le long foulard en laine. Une fois sortis de l’école, Treize se dirigea vers le centre-ville, il ne connaissait pas Hawkins tant que ça, il n’était pas sorti si souvent au final, mais il avait bien remarqué que certains endroits étaient plus animés que d’autres. Avec tous les magasins, le centre-ville semblait tout indiqué. Ils s’y rendirent donc, et Treize ne tarda pas à écarquiller les yeux d’émerveillement. La dernière fois qu’il était passé en ville, c’était à la fin de novembre, et encore il n’était pas passé par là. Il ne savait pas pourquoi, mais maintenant il y avait des décorations partout. Des sapins enneigés, des guirlandes, des étoiles, et il y avait même de la musique dans la rue, c’était incroyable.

« C’est beau, ça brille ! »

Oubliant presque les glaces, Treize se mit à regarder les vitrines et les décors, il n’avait jamais rien vu d’aussi joli de toute sa vie. Il avait nettement ralenti pour tout voir, et s’arrêta même pour regarder des automates qui dansent à l’entrée d’un supermarché. Il décrypta alors deux mots.

« Jo… Joyeux no… ël ? »

Noël ? Qu’est-que c’était encore que cette drôle d’invention ?
Revenir en haut Aller en bas

Invitéavatar

Invité




MessageSujet: Re: Bouncing like a volleyball   Lun 15 Jan - 0:41



« Eh mais … qu'est-ce que tu fais, c'est interdit ! »

Rebecca lui avait à peine fait goûter la sucrerie que déjà, Treize était en train de braquer littéralement le distributeur qui délivrait désormais toutes ses douceurs en pagaille, et même si la jeune fille lui avait souligné que ce n'était pas autorisé, elle se mit toutefois à rire. À la fois amusée par cet acte mais aussi par la spontanéité de ce jeune homme qui était franchement rafraîchissante. Le tout en ramassant elle aussi une part du butin aussi importante que ce que pouvaient contenir ses poches !

Et un bonnet enfoncé sur la tête et une écharpe autour du cou plus tard, les deux jeunes quittèrent enfin le collège pour rejoindre le centre ville tout en dégustant des sucreries, et les décorations de Noël ne manquèrent pas de faire briller les yeux de Becca également. Son regard passant de décorations en vitrines animées tandis qu'elle semblait avoir un peu oublié les glaces aussi. Ses pas lui faisant ainsi suivre les sapins tandis qu'un sourire retroussait ses lèvres et qu'elle sentait les paroles des chansons hivernales tourner joyeusement dans sa tête.

Pour la première fois, elle se sentait un peu plus légère.
En tout cas, jusqu'à ce que Treize lui posât une question pourtant innocente, sa voix débitant avec difficultés ce qu'il avait manifestement un peu de mal à lire. Ce qu'il ne semblait pas connaître non plus tandis que Becca s'était littéralement figée sur place.

Joyeux Noël …

« C'est … »

Noël, c'était juste sa fête préférée, et une fête attendue de tout le monde à la maison puisque son père s'efforçait toujours de réaliser la décoration la plus magnifique possible. À l'intérieur comme à l'extérieur. Se lançant ainsi dans une espèce de frénésie de la décoration que Rebecca et sa mère suivaient joyeusement. Quoi que, Diane était quand même plutôt une grosse amatrice de cuisine, et la petite famille avait donc droit à des dégustations de bûches ou de petits fours pendant presque tout le mois de décembre, histoire de déterminer ses préférences !

D'ailleurs, elle avait commencé début novembre cette année, et Becca avait tellement apprécié une bûche framboise/chocolat blanc que la petite famille s'était presque décidé. De même que Bill avait déjà descendu les cartons remplis de guirlandes et de décorations qu'il stockait au grenier, histoire de faire un petit inventaire.

Et puis … Et puis la CIA avait fauché tout ça pour la jeter dans la pire situation possible, et ce fut lorsque son esprit buta sur cette pensée – achevant ainsi sa folle remontée dans ses souvenirs – que la gamine se rendit compte qu'elle s'était figée sur le trottoir tandis que des larmes silencieuses coulaient le long de ses joues. Amères. Douloureuses.

Cette année, elle ne fêterait probablement pas Noël.
Cette année, elle avait absolument tout perdu.

« Je … désolée … c'est une fête. »

Un soupir douloureux, une main chassant ses larmes presque avec rage. Et sans plus attendre, Rebecca tourna les talons afin de s'engager dans une autre rue – moins décorée celle-ci – avançant rapidement tandis qu'elle semblait avoir perdu le fil de ses recherches. De ses pensées. De sa vie.
Revenir en haut Aller en bas

Invitéavatar

Invité




MessageSujet: Re: Bouncing like a volleyball   Mar 16 Jan - 18:22


Parmi toutes les choses qu’avait faite Treize depuis qu’il avait quitté le laboratoire, il y en avait un certain nombre considérées comme interdites. Il l’apprenait généralement à ses dépens, quand il voyait quelqu’un de très remonté s’avancer vers lui, comme un vigile ou le responsable du supermarché. Et le plus souvent, ça voulait dire qu’il devait s’enfuir à toutes jambes. Mais cette fois ce fut différent, Rebecca lui apprit qu’il n’avait pas le droit de faire tomber les friandises, sauf qu’elle riait en même temps, et ne tarda pas à le rejoindre pour se servir aussi. Le jeune cobaye ne comprit pas trop du coup, c’était interdit ou pas au final ? Enfin, ça n’avait pas tellement d’importance, c’était amusant, et lui-même ne tarda pas à rire aussi. Ça ne lui arrivait pourtant pas si souvent. Sur le chemin du centre-ville, il ne perdit pas son sourire, tout en se gavant de chocolat et de nougat. Devant les lumières et les décors, ils furent tous les deux émerveillés, Treize eut encore l’impression d’être un peu dans une bulle. Ça paraissait presque trop beau pour être vrai. Peut-être que ça l’était d’ailleurs, puisque après s’être interrogé à voix haute sur le sens des mots qu’il venait de lire, il vit la jeune fille se figer, l’air soudainement comme hantée par quelque chose.

« Rebecca ? »

Rebecca était ailleurs, et les larmes ne tardèrent pas à couler sur ses joues. Treize ne comprenait pas, mais apparemment c’était lui le responsable, et il ne savait absolument pas comment réagir. C’était bien la première fois qu’il faisait pleurer quelqu’un. Brusquement, la jeune fille essuya ses larmes et partit dans une rue transversale, l’air perdue comme jamais. Il ne comprenait absolument rien à ce qu’il se passait, mais suivit le mouvement. Quoi que soit cette fête, ça semblait être un évènement heureux, alors pourquoi ? Il se dit vaguement qu’elle devait être triste à cause de la mort de ses parents, mais ne voyait pas le lien entre cet évènement et les lumières là-dehors.

« Dé… Désolé ? »

Il ne savait pas trop de quoi il s’excusait, mais s’il avait fait quelque chose de mal, Treize le regrettait sincèrement. Après un petit moment à la suivre sans oser rien faire, il accéléra un peu pour la rattraper et l’attraper doucement par la manche.

« Hey Rebecca, ça va aller… »

Il savait qu’il ne pouvait pas imaginer toute l’étendue de la souffrance qu’on pouvait ressentir en perdant des êtres chers. Mais pour ce qui était de la solitude, du fait de se retrouver perdu dans un endroit inconnu sans savoir à qui se fier, ou de la douleur pure, il avait quand même pas mal de vécu derrière lui.

« Tu n’es pas seule. »

C’était vrai, il était là maintenant, et il n’allait pas la laisser tomber, ce n’était pas son style. Il appréciait vraiment la jeune fille, et ses blessures ne la rendaient que plus proche de ce que lui ressentait au plus profond. C’était bien la première fois qu’il rencontrait quelqu’un qui avait vraiment souffert sans pourtant être lié au laboratoire (ou pas héhé). Il aurait vraiment voulu faire quelque chose, mais à part être simplement présent, il ne voyait pas trop.
Revenir en haut Aller en bas

Invitéavatar

Invité




MessageSujet: Re: Bouncing like a volleyball   Mar 16 Jan - 20:45



Elle se perdait.
Elle étouffait !

Sans le vouloir, Treize venait de briser cette bulle agréable pour la précipiter à nouveau dans la cruauté de sa situation, et le retour à la réalité lui permit de se rendre compte qu'elle avait les joues humides de larmes. Et qu'elle fuyait désormais, comme si une simple ruelle un peu plus sombre pourrait lui permettre de se terrer loin. Loin de tout. Loin de Hawkins et loin de la CIA. Loin de … mais quelque chose venait de saisir sa manche pour briser son élan, et ce furent des yeux rougis qui se posèrent sur Treize. Jeune homme qui avait l'air franchement paumé face à sa réaction plus qu'étrange mais qui, pourtant, était en train de s'inquiéter d'elle. Lui affirmant bientôt qu'elle n'était pas seule. Ce qui était aussi rassurant que profondément angoissant …

Il était là, mais il aurait tellement dû fuir. Fuir loin d'elle. Comme elle-même aurait également voulu fuir ! Alors … pourquoi … ?

Mais si la question était entière, le regard de Becca était surtout rivé sur cette main qui tenait sa manche, et sa propre main vint doucement saisir celle de Treize comme pour le remercier. Un pâle sourire aux lèvres. Les mots coincés dans le fond de sa gorge serrée par la tristesse et la douleur. Muette pour encore quelques instants, le temps de reprendre contenance. Et pourtant … pourtant elle aurait vraiment voulu le remercier. Pour sa présence, pour sa gentillesse, pour ce réconfort qu'il tentait maladroitement de lui apporter. Alors sans plus réfléchir au fait que son vis-à-vis n'était certainement pas très coutumier de cet acte, Rebecca combla bientôt les quelques centimètres qui les séparaient, et elle serra un instant Treize dans ses bras.

« Merci … »

Juste un mot, un petit mot.
Mais tandis que la gamine sentait bien que ce câlin rendait son interlocuteur un peu mal à l'aise, elle se recula finalement en achevant de sécher ses larmes. Se laissant encore quelques secondes avant de … de quoi ? Elle ne savait pas trop à vrai dire, mais il fallait bien dire quelque chose.

« Noël, c'est une fête qu'on passe avec sa famille et avec les gens qu'on aime, et … c'est difficile comme période quand on est seul, tu comprends ? »

Même sans la CIA derrière tout ça, il était évident que Becca n'aurait pas eu son moral au plus haut après tout, et ce même si tout ça n'empirait que davantage les choses.

« Et toi, tu … enfin non, on a dit qu'il fallait être prudents. En tout cas si tu as quelqu'un avec qui passer Noël, tu pourras découvrir plein de nouvelles sucreries et de gâteaux. »

Elle avait failli lui demander avec qui il passerait les fêtes de fin d'année, mais elle s'était ravisée à temps. Parce que si elle demandait, Treize risquait bien de lui répondre, et elle voulait justement en savoir le moins possible. Ici à Hawkins, la plus grande des prudences était de mise, et même si elle ne pouvait pas faire grand chose pour son vis-à-vis, elle pouvait au moins lui apprendre ça. La prudence et les sucreries, de quoi ne pas le faire tuer trop vite et lui causer une bonne crise de foie !

« On va se la manger, cette glace ? »

Le tout demandé dans un effort pour sourire à nouveau. D'une manière sans doute moins franche, mais elle essayait tout de même.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Bouncing like a volleyball   


Revenir en haut Aller en bas
 

Bouncing like a volleyball

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
STRANGER THINGS :: HORS-JEU :: ARCHIVES DU FORUM :: SUJETS RPS-