AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
News du forum

► Venez découvrir la news n°04 en cliquant ici.


À savoir

► Nous sommes actuellement en avril 1985.
► Les lieux de la ville ont été réorganisés pour faciliter le jeu.



 

Pour les dates de rp, nous suivons la chronologie IRL, excepté le fait que tout se passe en 1985.
Cependant, merci de respecter la chronologie du forum pour les événements importants.

On a besoin de membres de la CIA ou du laboratoire
pour équilibrer nos groupes sur le forum

Partagez | 
 

 glad it's not a horror movie ▬ Two

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invitéavatar

Invité




MessageSujet: glad it's not a horror movie ▬ Two    Mer 17 Jan - 18:00






formulaire d'intro


Type du sujet : [] Flash-Back [x] Présent
Date du rp : 12 décembre
Matin, après-midi, soir : soir
Météo (approximative) : Froid et venteux
Statut du sujet : [] libre [x] privé
Statut du rp : [x] en cours [] terminé
Le maître du jeu peut débarquer à l'improviste : [x] oui [] non
Commentaire : Ah, ces élèves qui trainent après les cours...





Ceux qui disaient que les professeurs terminaient en même temps que les élèves n’avaient jamais expérimenter le travail de professeur, et encore moins de principale. Si Amy était épargnée des leçons maintenant, il y avait toute une gestion qui devait se faire en arrière-plan. Elle adorait cela, à ne pas s’y tromper. Mais il n’était pas rare qu’elle soit la dernière à quitter l’établissement scolaire, comme aujourd’hui. Il y avait eu une réunion avec le corps professoral après les cours, en vue de planifier les dernières semaines avant les vacances d’hiver, ce qu’il serait fait par la suite, et bien agencer le début du mois de janvier. Ce n’était pas le moment de se reposer sur ses lauriers, la principale le gardait bien à l’esprit. D’autant plus qu’en parallèle à cela, elle se devait de songer à Noël, choisir un délicat cadeau à offrir à son mari. Ce qui n’était pas souvent facile de trouver de quoi faire plaisir à son mari dans les petites boutiques, surtout qu’elle s’était faite promettre de ne plus lui offrir de matériel de jardinage. Soit, ils iraient à Chicago le week-end qui viendrait et ils se lanceraient dans une recherche de cadeau comme tout bon américain lambda.

Ce genre de pensée était presque étrange, en vue de ce qu’il s’était passé au court des derniers mois. C’en était presque rassurant aussi, de retrouver le confort de ce genre de pensée. Le monde continuait de tourner sur lui-même, alors que la vie à Hawkins avait fondamentalement changé. Amy ne pouvait pas le nier, elle le voyait dans la prudence des parents, les propos des enfants parfois. Ses réactions à elle aussi étaient différentes, passer plus de temps dans les couloirs aux pauses de midi et à la fin des cours, s’assurer que les professeurs n’avaient rien vu de bizarre…

Il y eut une porte qui claqua, derrière elle. Amy sursauta légèrement, car à cette heure avancée de la journée – presque 19h30 – plus personne n’était supposé être dans les couloirs de l’école. Son manteau était déjà sur ses épaules, une écharpe de laine autour de son cou, prête à braver le froid jusque sa voiture. Il n’y aurait plus dû y avoir personne dans l’enceinte du lycée. Fronçant les sourcils et repoussant le peu d’inquiétude qui commençait à monter en elle, la trentenaire tourna sur ses talons. Tout en se maudissant d’avoir éteint les lumières du couloir, elle avança d’un pas franc et qui se voulait assuré. C’était son école après tout, ce n’était pas demain la veille qu’elle aurait peur dans ces murs (oui, c’était purement psychologique, mais ça fonctionnait). Elle s’arrêta devant les portes de la cantine, entendait des bruits de pas. Lentement, avec plus de discrétion, elle ouvrit la porte. Elle décida qu’elle ferait mieux que de crier bêtement dans la salle. Avec prudence, faisant attention de ne pas faire claquer ses petits talons sur le carrelage nettoyé, elle s’approcha des interrupteurs.

Le bourdonnement des néons se fit entendre et quelques secondes après, la lumière se fit. Immédiatement, elle repéra la silhouette de l’individu et un soupir soulagé la prit quand elle reconnut un enfant. « Qu’est-ce que tu fais là ? » C’était autoritaire, bien évidemment, mais il y avait du soulagement surtout dans sa voix. Et ainsi, elle s’approcha de l’enfant qu’elle n’avait pas encore identifié, mais une fois qu’elle l’aurait fait, elle ne manquerait pas de prévenir les parents de ce dernier.
Revenir en haut Aller en bas

Twoavatar




△ Inscription : 21/12/2017
△ Messages : 338
△ Points : 704
△ Avatar : William Franklyn Miller
△ Crédits : Tag
△ Âge du perso : 14 ans
△ Statut social : Célibataire
△ Métiers/Études : Aucun
△ Lieu de résidence : Dans la rue



MessageSujet: Re: glad it's not a horror movie ▬ Two    Ven 19 Jan - 22:01


Qu'est-ce qui t'était passé par la tête, en ce soir de décembre ? Rentrer par effraction dans le lycée d'Hawkins... Évidemment, tu étais doué ! Te faire discret dans ce genre de lieu était devenu un véritable jeu d'enfant. Tes vols dans le supermarché le témoignaient : lorsque tu souhaitais poser le pied quelque part, rien ne pouvait t'en empêcher. Tu étais intouchable, impossible à repérer ! Du moins c'est avec cette arrogance que tu étais entré dans l'établissement scolaire...

Les derniers élèves devaient avoir quitté les lieux depuis quelque temps, ainsi eus-tu l'élégance de passer par la porte. C'était plutôt honorable, pour un voleur tel que toi ! Tout en douceur, sans la moindre appréhension... Si le moindre adulte mettait par malchance la main sur toi, il suffisait de lui expliquer que tu avais oublié tes affaires. Bref, tu étais confiant ! Cette nuit, tu ne dormirais pas dans le froid de l'hiver, sous les vieilles couvertures que tu récupérais parfois près des maisons... Non, aujourd'hui, le lycée t'hébergerait. Et qui sait, si tout se passait bien, peut-être pourrait-il devenir ta nouvelle résidence de fortune !

Tu avais déjà commencé à fouiller dans les salles de classe. Du moins, celle qui n'avait pas été fermée à clé... Parfois, tu surprenais quelques femmes de ménage en plein dans leur travail. Il n'était pas question de te faire repérer par quiconque, ainsi rebroussais-tu dans ces cas-là chemin. Ton véritable but était de trouver un petit coin pour dormir, mais il fallait dire que l'envie de ses réapprovisonner était plutôt forte dans ce genre d'établissements vides.

Tu déambulais calmement dans les couloirs, l'oreille à l'affut, prêt à te cacher à la moindre alerte ! Quelques feuilles par-ci, quelques crayons de couleurs par-là, un petit sac pour tout transporter, tu avais trouvé là ton bonheur ! Mis à part l'usage de ton don, dessiner avait toujours été ton unique activité amusante dans le laboratoire. Tu n'avais pas perdu le goût de ce passe-temps créatif, parfaitement raccord avec ton esprit d'illusionniste.

Le personnel d'entretien du lycée diminuait peu à peu... Cela devait désormais faire une heure que ta promenade avait commencé, et l'établissement se vidait de plus en plus vite ! Tu pouvais compter maintenant une ou deux personnes encore occupées à retirer les chewing-gums de sous les tables... En somme, tu étais seul ! Plus de soucis à te faire, il était temps de te trouver la classe parfaite afin d'y passer la nuit. Ayant sûrement déjà fouillé toutes les pièces dont les portes n'avaient pas été fermé à clé, ton choix était plutôt réduit... Seules quatre salles étaient libres.

C'était une vieille pièce aux bureaux tagués qui t'avait le plus attiré. À vrai dire, les trois autres sentaient les produits chimiques, odeur qui t'insupportait plus que tout ! Tes années au laboratoire ne devaient pas avoir aidé à supporter ce genre de parfum... Le vieux bois avait définitivement clarifié ton choix ! Les senteurs pourraient ainsi vaguement te rappeler la nature (avec quelques odeurs de craies en plus...)

Tu n'avais pas pris tes couvertures, ainsi te contenterais-tu d'allumer le chauffage... Certes, le mode de fonctionnement de ces engins t'était inconnu, mais tu trouverais forcément un moyen de les allumer. Après tout, tu avais tenté des choses bien plus techniques que cela... Quoi qu'il en soit, tu t'étais installé dans un coin de la pièce ! Ayant ouvert tous les placards que tu avais croisés, tu disposais désormais les blouses et les vestes des professeurs sur le sol, afin de te faire un matelas.

Le principal était désormais fait ! Tu savais où dormir, et tu étais fier de toi. Il était maintenant temps de passer à la seconde étape de ton plan... La bouffe ! Évidemment, chaque établissement scolaire avait sa propre cantine. Tu devais y être passé une ou deux fois pendant ta ronde, mais des agents d'entretien y faisaient alors encore leur travail... Désormais, tu étais libre d'y entrer comme bon tu le souhaitais. Tu n'allais pas t'en priver.

Quelques couloirs plus loin et tu étais arrivé ! La porte était ouverte, prête à t'accueillir. C'était presque trop beau ! Tu avais rapidement fait le tour de la cuisine, des restes du midi, des produits frais conservés dans le frigo... Rien ne t'avait échappé, et la tentation de tout voler était forte. Étant cependant -très relativement- raisonnable, tu te contentas de quelques fruits et des yaourts en pagaille que tu avais empilée dans tes bras.

Ainsi prêt à quitter les lieux afin de retourner dans ta chambre de fortune, tu fus soudainement alarmé par les grésillements des néons au-dessus de ta tête. À peine eus-tu le temps de réagir qu'une femme fit son apparition devant la porte de sortie de la cuisine ! La surprise t'avait complètement englouti. Tu laissas tomber tous tes produits sur le sol dans un léger sursaut...

La pièce s'était alors immédiatement assombri, comme englouti par des ombres... En quelques secondes, une nuée de papillons de nuit vinrent percuter la trouble-fête ! Un essaim vrombissant et excité d'insecte que tu avais fait apparaître comme par reflexe par peur devant cette femme... L'illusion avait terminé sa course frénétique lorsque la jeune femme te demanda ce que tu faisais ici. Tu étais complètement grillé jusqu'à l'os ! Désormais, seule ton improvisation pourrait te sauver...

« Je... Me suis perdu... »


Tu étais très convaincant... Ta tentative déséspérée afin de pousser les débris que tu avais fait tombé avec ton pied n'aidait pas à te rendre moins menteur...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://strangerthings.forumactif.org/t427-one-two-three-what-are

Invitéavatar

Invité




MessageSujet: Re: glad it's not a horror movie ▬ Two    Dim 21 Jan - 16:55


La lumière grésilla et Amy eut une étrange sensation de déjà-vu. Pour autant, elle ne se laissa pas avoir par ce sentiment de peur qui tira son estomac et elle apostropha le garçon de manière autoritaire, car ce n’était qu’un enfant, n’est-ce pas ? Il y avait une forme qui se mouva dans le noir, sans qu’elle ne puisse la définir et en moins de deux secondes, c’était déjà terminé. Mais l’obscurité était là et elle fit aller un peu l’interrupteur, pour que la lumière revienne. Et il était toujours là, l’adolescent pris en flagrant délit de vol, les yaourts tombés à même le sol, dans une auréole de produits laitiers qui accusaient le coupable. « Je... Me suis perdu... » Elle haussa un sourcil, pas le moins du monde impressionnée par le jeu d’acteur du garçon. Elle fit un pas en avant, sortant de cette immobilité qui l’avait prise à la gorge, arrivant par la même occasion à se défaire de son horrible sensation qui restait dans ses veines.

Le garçon, elle ne le reconnaissait pas, et c’était une chose impossible ici, puisqu’elle connaissait au moins de vue chaque petite âme qui suivait les cours au collège et au lycée. Soit, il était bon pour un interrogatoire en bonne et due forme. « Je vois ça, que tu t’es perdu. » Accusateur, ça ressemblait plus à une boutade qu’autre chose, car il n’y avait pas vraiment de colère dans sa voix. Non, il n’y avait qu’un peu de fatigue et le restant de surprise de trouver un enfant dans les couloirs à cette heure-ci. Arrivée à sa hauteur, elle s’accroupi, récupéra une pomme encore fraiche et un yaourt, qu’elle déposa dans les mains du petit fauteur de trouble. « Comment tu t’appelles ? » Un genou par terre, occupée à ramasser le restant du butin du soir, elle étudia un peu l’enfant de plus près. Instinctivement, elle cherchait des traces d’un quelconque mauvais traitement, mais la tenue un peu chiffonnée qu’il avait n’était pas pour rassurer la principale.

Avec une certaine aisance, elle se redressa pour déposer les produits sur la table la plus proche, ne quittant pas le jeune inconnu du regard. « Est-ce que tu sais qui je suis ? » C’était une manière de s’en assurer, qu’elle ne se trompait pas, que l’enfant était bel et bien inconnu au bataillon de Hawkins. Ainsi, elle attendit une réponse, sa main posée sur la lanière de sa sacoche de travail, détaillant l’enfant d’un œil critique et naturellement responsable.

Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: glad it's not a horror movie ▬ Two    


Revenir en haut Aller en bas
 

glad it's not a horror movie ▬ Two

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
STRANGER THINGS :: HORS-JEU :: ARCHIVES DU FORUM :: SUJETS RPS-